De la Roumanie au Venezuela, en passant par la Turquie et Oman : des traditions immémoriales inscrites au patrimoine immatériel de l'UNESCO

A Oman, es Bédouins pratiquent une poésie chantée traditionnelle, Al-Taghrooda, composée et récitée à dos de chameau. Photo: Ministère du patrimoine et de la culture du Sultanat d’Oman, 2011.

6 décembre 2012 – Le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, les sciences et la culture (UNESCO) a inscrit jeudi sur la Liste de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, six nouveaux éléments en provenance de Roumanie, d'Espagne, de Turquie, d'Oman, du Venezuela et du Viet Nam. Elle a également étendue la tradition de la fauconnerie, inscrite en 2010, à l'Autriche et à la Hongrie.

Parmi les éléments inscrits figure la céramique de Horezu, un artisanat traditionnel unique, fabriqué à la main en Roumanie. Les potiers choisissent et extraient la glaise qui est ensuite nettoyée, coupée, arrosée, pétrie, piétinée et malaxée, la transformant en une pâte à partir de laquelle ils produisent une céramique rouge. Chaque objet est modelé avec une technique de doigté particulière, orné de motifs traditionnels aux tons vifs, puis passé au four.

À Cordoue, en Espagne, la fête des patios a lieu pendant douze jours en mai. Les maisons à patio sont des habitations collectives ou des ensembles de maisons individuelles partageant le même patio. Un concours décerne des prix aux patios en fonction de leur décor végétal et floral. « La fête comprend des représentations de chants et danses populaires et encourage un mode de vie basé sur des liens sociaux forts et la connaissance et le respect de la nature », explique l'UNESCO dans un communiqué de presse.

Les festivités du mesir macunu de Manisa, Turquie, commémorent le rétablissement de la mère de Suleyman le Magnifique d'une maladie guérie grâce à une pâte connue sous le nom de mesir macunu. Tous les ans au mois de mars, la pâte est préparée, enveloppée, bénie et dispersée depuis les dômes de la mosquée Sultan. Des milliers de gens accourent de tout le pays et rivalisent pour attraper les morceaux ainsi dispersés. Nombreux sont ceux qui croient qu'ainsi leur désir de se marier, de trouver du travail et d'avoir des enfants se réalisera dans l'année.

Dans le Sultanat d'Oman et aux Émirats arabes unis, les Bédouins pratiquent une poésie chantée traditionnelle, Al-Taghrooda, composée et récitée par les hommes qui traversent à dos de chameau les zones désertiques. De courts poèmes sont improvisés et répétés par deux groupes cavaliers, souvent à la manière d'un chant antiphonal.

« L'aspect le plus important est le lien social tissé au cours de l'échange oral des stances. Al-Taghrooda se pratique également lors des mariages et des autres célébrations, en particulier les courses de chameaux. Les thèmes évoqués sont l'amour romantique, l'amitié, l'éloge des liens tribaux ou encore l'aspiration au règlement des conflits et les thèmes d'actualité », indique l'agence onusienne.

Lors des célébrations annuelles de la Fête de Corpus Christi dans les petites communautés de la côte centrale du Venezuela, des danseurs déguisés en diables masqués dansent vers l'arrière en attitude pénitente, tandis qu'une autorité de l'église catholique s'avance avec le Saint Sacrement. Au sommet de la célébration, les diables se rendent devant le Saint Sacrement symbolisant le triomphe du Bien sur le Mal. Les danseurs sont membres à vie d'une confrérie, chargés de transmettre la mémoire historique et les traditions ancestrales des communautés.

Au Viêt Nam enfin, des pèlerins se rendent tous les ans au temple des rois Hùng, sur le mont Nghĩa Lĩnh, dans la province de Phú Thọ, pour y commémorer leurs ancêtres et prier pour un climat propice, d'abondantes récoltes, de la chance et une bonne santé.

« L'importante Fête ancestrale de commémoration est célébrée pendant une semaine au cours du troisième mois lunaire. Les villageois de la région revêtent leurs plus beaux habits et font une compétition pour offrir le plus beau palanquin et les objets cultuels les plus précieux. Les communautés préparent des spécialités culinaires à base de riz et donnent des représentations d'arts verbaux et populaires, le jeu des tambours de bronze, des chants xoan, des prières et des requêtes », précise l'UNESCO.


News Tracker: autres dépêches sur la question

UNESCO : le patrimoine culturel immatériel s'enrichit d'éléments en provenance d'Algérie, d'Arménie, d'Autriche et d'Azerbaïdjan

Aucun résultat
Aucun résultat