Droit à la vie : un expert de l'ONU enjoint la Turquie à renforcer la lutte contre l'impunité

Le Rapporteur spécial de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Christof Heyns.

30 novembre 2012 – Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Christof Heyns, a salué vendredi les progrès considérables accomplis par la Turquie pour garantir le respect du droit à la vie, même s'il reste d'importants défis à relever en matière d'impunité.

« La Turquie a effectué des avancées remarquables vers le respect du droit à la vie au cours des récentes années et le pays continue de prendre des mesures positives à cet égard. Cependant, le principal défi qu'est l'impunité requiert une attention urgente afin de consolider ces progrès », a estimé M. Heyns au terme d'une mission de cinq jours dans le pays.

L'expert indépendant de l'ONU s'y était rendu pour évaluer la situation s'agissant des meurtres et des menaces de mort émises contre des civils, ainsi que les efforts déployés pour mettre en place des garanties de non-répétition et veiller à ce que les auteurs de tels crimes soient traduits en justice.

« Depuis la dernière visite en date de mon prédécesseur, en 2001, des changements institutionnels et juridiques ont été apportés et continuent de l'être et, une fois pleinement mis en œuvre, de nombreux problèmes persistants concernant le respect du droit à la vie devraient être résolus », a affirmé M. Heyns.

« Il est notoire que le principal obstacle qui se pose en Turquie au renforcement de la protection du droit à la vie est l'impunité dont jouissent les individus reconnus coupables des violations de ce droit », a-t-il ajouté.

Le Rapporteur spécial a indiqué que les membres des forces de sécurité sont rarement inquiétés du fait d'enquêtes bâclées et de procédures lentes. Nombre d'interlocuteurs de M. Heyns remettent en question la volonté politique de poursuivre ces individus en justice.

« Si des initiatives louables ont été lancées, la violence domestique à l'encontre des femmes, y compris les prétendus 'crimes d'honneur', ne sont pas suffisamment combattus par les procureurs ou d'autres mesures », a souligné M. Heyns.

« Cette situation persiste pour un nombre très important de crimes », a indiqué l'expert.

Les violations commises par les forces de sécurité au nom de la lutte contre le terrorisme constituent un autre problème persistant. M. Heyns a cité en exemple l'incident d'Uludere, où 34 civils ont été tués par les avions de chasse de l'armée. Personne n'a été tenu comptable de cet acte.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un expert de l'ONU appelle l'UE et la Turquie à respecter les droits des migrants

Aucun résultat
Aucun résultat