Hervé Ladsous : de nombreux défis continuent de se poser au Soudan du Sud sur la voie de la démocratie

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous. Photo: ONU/Devra Berkowitz

28 novembre 2012 – Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité, que le Soudan du Sud devait relever d'importants défis afin de poser les fondations d'une société démocratique et participative.

Si la situation sécuritaire globale s'est améliorée au Soudan du Sud au cours des quatre derniers mois, l'État de Jonglei n'en continue pas moins d'être l'épicentre de défis persistants, alors que la zone des trois frontières de l'Unité, du Warrap et de la région des Lacs connait une résurgence de l'instabilité.

« Les progrès réalisés dans la voie de la réconciliation intercommunautaire à Jonglei sont lents », a noté M. Ladsous, qui a détaillé devant les membres du Conseil la stratégie adoptée par le gouvernement du Soudan du Sud pour mettre fin à cette situation, avec le lancement d'un processus de réconciliation, le désarmement de la population et la prévention d'éventuels recrutements de jeunes gens par les milices.

« Les abus de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) ont également été systématiquement signalés au gouvernement en vue de faire traduire leurs auteurs devant la justice, » a-t-il indiqué.

Dans un contexte marqué par l'abondance des armes et la faible influence des responsables communautaires sur les jeunes, le Secrétaire général adjoint a exhorté le gouvernement dus-soudanais à initier un processus politique inclusif pour répondre aux griefs des différentes communautés. « Les progrès ont également été lents dans l'établissement des institutions nationales sud-soudanaises », a-t-il regretté, en déplorant que les travaux sur le projet d'une constitution de transition n'aient pas encore commencé.

Le Secrétaire général adjoint a également évoqué la lenteur des progrès dans le développement des forces de police sud-soudanaises, qui est, selon lui, un élément clef de la stabilité à long terme du pays. Passant ensuite à la situation des droits de l'homme, il s'est dit préoccupé par les cas d'exécutions extrajudiciaires, de détentions arbitraires, de menaces et d'enlèvements ciblés de journalistes ou d'opposants politiques recensés au Soudan du Sud.

« Je regrette également la décision unilatérale du gouvernement du Soudan du Sud d'expulser un spécialiste des droits de l'homme de la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUSS) et l'invite à la reconsidérer », a déclaré M. Ladsous.

Au chapitre des relations entre le Soudan du Sud et le Soudan, le Secrétaire général adjoint s'est félicité que deux mois après la signature des accords de coopération du 27 septembre à Addis-Abeba, les tensions entre les deux pays aient incontestablement diminué.

« La lenteur dans l'application desdits accords pourrait avoir un impact négatif sur la stabilité économique du Soudan du Sud, en particulier en cas de retard dans la reprise des exportations de pétrole », a toutefois prévenu M. Ladsous.

Il a également pointé un certain mécontentement dans le pays vis-à-vis de l'évolution des discussions avec le Soudan, en précisant que les fournitures pétrolières au Soudan à titre de compensation pour la sécession, ainsi que l'accord sur la démilitarisation de la zone des 20 kilomètres à la frontière entre le Bahr-el-Ghazal occidental et le Sud-Darfour avaient été perçues comme un « compromis dangereux ».

« Ce mécontentement a été renforcé par l'absence de concessions par le gouvernement soudanais, en particulier sur le statut définitif de la région d'Abyei », a ajouté le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, en insistant sur le fait que les tensions intercommunautaires, aggravées par leur militarisation, demeuraient vives dans les régions frontalières.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité appelle à un cessez-le-feu entre le Soudan et le Soudan du Sud

En savoir plus


Coup de projecteur