Le CERF débloque 5,3 millions de dollars de plus pour financer l'aide humanitaire au Myanmar

Un groupe de personnes déplacées dans l’état de rakhine, au Myanmar. Photo: Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

27 novembre 2012 – Le Fonds central pour les interventions d'urgence (CERF) géré par le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations Unies a octroyé mardi 5,3 millions de dollars supplémentaires pour financer l'aide humanitaire auprès de 36.000 personnes déplacées par les violences dans l'état de Rakhine, au Myanmar. Cette contribution porte à 10 millions de dollars le montant de l'aide débloquée par le CERF jusqu'à présent pour financer ces opérations.

« Grâce à l'apport du CERF, les agences humanitaires seront en mesure d'apporter de manière décisive une aide vitale, qu'il s'agisse d'abris d'urgence, d'eau potable, de denrées alimentaires et de soins médicaux », a déclaré le Coordinateur humanitaire de l'ONU au Myanmar, Ashok Nigam.

Les 5,3 millions de dollars serviront à financer les activités des agences humanitaires de l'ONU. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a expliqué que deux millions seront utilisés pour renforcer la distribution de vivres auprès des 36.000 personnes déplacées.

« Nous avions déjà une opération d'aide alimentaire en place au moment de l'évaluation des besoins à Rakhine en octobre. Mais depuis les violences intercommunautaires de juin, nos stocks ont été considérablement appauvris. La contribution du CERF permet de répondre immédiatement aux nouveaux besoins », a expliqué le porte-parole du PAM, Marcus Prior.

À ce jour, le CERF a versé plus de 10 millions de dollars à l'intervention humanitaire de l'ONU dans l'état de Rakhine depuis la première vague de violences intercommunautaires en juin dernier, entre bouddhistes de l'ethnie Rakhine et musulmans Rohingya.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Myanmar : l'ONU demande 41 millions de dollars de plus pour les personnes déplacées par les violences dans l'état de Rakhine

Coup de projecteur