Des experts de l'ONU déplorent le nombre de victimes civiles faites par les affrontements entre Israël et le Hamas

La ville de Gaza après des frappes aériennes israéliennes. Photo: IRIN/Ahmed Dalloul

23 novembre 2012 – Tout en saluant la trêve conclue il y a 48 heures par Israël et le Hamas, un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations Unies a déploré vendredi le grand nombre de victimes civiles palestiniennes et israéliennes faites lors de la récente escalade de la violence à Gaza et dans le Sud d'Israël.

« Nous condamnons toutes les attaques contre des civils et, maintenant que le calme est revenu, nos pensées vont aux victimes palestiniennes et israéliennes et en particulier aux femmes et aux enfants », a déclaré Michel Forst, le Président du Comité de coordination du Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

« La situation actuelle démontre une fois de plus qu'il est primordial que toute les parties prenantes s'abstiennent de recourir à la force. La violence ne doit pas reprendre », a-t-il souligné.

La trêve entre Israël et le groupe palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a été annoncée mercredi, une semaine après le début des hostilités. 139 Palestiniens, dont plus de 70 civils, et quatre Israéliens, tous des civils, ont été tués. 900 Palestiniens et 219 israéliens ont été blessés, la majorité des civils, et 10.000 Palestiniens sont déplacés à l'intérieur de la bande de Gaza.

Au nom du groupe d'experts, M. Forst a déploré les pertes civiles et les blessés faits par les bombardements aériens et navals à Gaza. « Nous regrettons que des écoles, des maisons et d'autres infrastructures aient été détruites ou endommagées, contribuant à l'aggravation des souffrances des Gazaouis ».

Il a également condamné les tirs indiscriminés de roquettes contre des localités israéliennes. « L'attaque d'un autobus à Tel-Aviv est un exemple flagrant de mépris de la vie humaine. Aucune justification n'est possible pour ce type d'attaque », a tranché M. Forst.

De son côté, l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) a salué une contribution supplémentaire de la part de la Suède pour couvrir les besoins humanitaires immédiats des Palestiniens de Gaza.

Le pays scandinave a fourni 2,3 millions de dollars à l'agence onusienne en réponse à son appel en faveur d'une assistance humanitaire d'urgence, d'un montant de 14 millions.

Les fonds serviront à prêter une assistance alimentaire, à fournir un abri et d'autres articles de première nécessité aux familles ayant du quitter leurs foyers en raison des bombardements israéliens. Parmi les autres priorités de l'UNRWA, figure la réparation de ses locaux, de ses centres de distribution et de ses dispensaires, endommagés par des bombardements, ainsi que le déblayage et la distribution de médicaments.

« La population de Gaza a payé le prix fort du conflit et nous nous employons à fournir une aide d'urgence aux personnes déplacées, blessées et vulnérables », a résumé le Directeur des opérations de l'UNRWA à Gaza, Robert Turner.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Moyen-Orient : Ban et le Conseil de sécurité saluent le cessez-le-feu conclu entre Israël et le Hamas

En savoir plus





Coup de projecteur