Gaza : exigeant la fin des violences entre Israël et le Hamas, l'ONU déplore le nombre croissant de victimes civiles

Une ambulance transporte des Palestiniens blessés de l'hôpital de Shifa, à Gaza, en direction de l'Egypte où ils recevront des soins d'urgence. Photo: IRIN/Ahmed Dalloul

19 novembre 2012 – Alors qu'il se trouvait ce weekend à l'hôpital de Shifa, à Gaza, le Directeur des opérations sur place de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), Robert Turner, a rappelé lundi que les premières victimes des hostilités à Gaza entre Israël et le Hamas étaient les personnes les plus vulnérables, à savoir les enfants, les femmes, les personnes âgées et les malades.

Dimanche fut la journée la plus meurtrière depuis le début de la recrudescence des violences entre Tsahal et les militants du Hamas. Selon l'UNRWA, dix membres d'une même famille, dont la plupart étaient des enfants et des femmes, ont été tués.

« Ils n'étaient pas les premiers enfants à mourir et, à moins de contraindre les parties prenantes à cesser les hostilités, ne seront pas les derniers », a prévenu M. Turner dans un communiqué de presse.

Le Secrétaire général s'est déclaré hier « profondément attristé par les informations faisant état de la mort de plus de dix personnes, dont des femmes et des enfants, membres de la famille Dalu, ainsi que d'autres civils palestiniens, suite à la violence qui se poursuit dans la bande de Gaza ».

« Je suis également alarmé par les tirs incessants de roquettes contre des villes israéliennes, lesquels ont provoqué la mort de plusieurs civils israéliens », a-t-il ajouté. Selon les médias, trois victimes sont à déplorer côté israélien, dans la localité de Kiryat Malachi, située dans le sud du pays. Le nombre de tués parmi les Gazaouis s'élèverait à plus de 90.

Hier, Ban Ki-moon a annoncé son intention de se rendre prochainement dans la région afin d'apporter un soutien personnel aux efforts de médiation.

« Il faut que cette violence prenne fin. J'appelle instamment les parties à coopérer avec l'Égypte dans le cadre des efforts qu'elle déploie afin de parvenir à un cessez-le-feu immédiat. Toute nouvelle escalade va inéluctablement exacerber les souffrances des populations civiles et doit être évitée », a-t-il ajouté.

Dans un entretien accordé lundi à la Radio des Nations Unies, le Commissaire général de l'UNRWA, Filippo Grandi, confirme une augmentation du nombre de victimes civiles à Gaza.

« Il y a eu des bombardements terribles hier et aujourd'hui, provoquant la panique et avec des répercussions psychologiques très graves, notamment sur les enfants », a-t-il relevé.

L'UNRWA reste déterminée à poursuivre son travail et à fournir des services vitaux aux réfugiés de Palestine à Gaza, la grande majorité des dispensaires de l'agence onusienne demeurant ouvertes malgré les combats. Cependant, la pénurie de médicaments et de fournitures médicales pourrait rapidement poser problème.

Lorsque la situation le permet, la distribution de vivres se poursuit. Pour la seule journée de dimanche, le personnel de l'UNRWA a prêté assistance à plus de 12.000 personnes dans la bande de Gaza. L'Office a aussi poursuivi ses efforts pour atténuer les risques de santé publique en organisant la collecte des ordures dans huit camps de réfugiés, a expliqué M. Turner.

Avec la fermeture des 245 écoles de l'UNRWA, la nouvelle initiative d'enseignement UNRWA TV a pris le relais et diffuse 12 heures par jour, permettant aux 225.000 enfants scolarisés dans les établissements de l'agence de poursuivre leur éducation même s'ils sont incapables de sortir de chez eux, a expliqué le Directeur des opérations. UNRWA TV diffuse des cours d'arabe, d'anglais et de mathématiques.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Préoccupé par la violence à Gaza et en Israël, Ban lance un appel aux parties et prévoit de se rendre dans la région

En savoir plus





Coup de projecteur