Bosnie-Herzégovine: le Haut Représentant de l'ONU prévient que les divisions internes deviennent alarmantes

Le Haut représentant pour la Bosnie-Herzégovine, Valentin Inzko.

13 novembre 2012 – Le Haut Représentant des Nations Unies pour la Bosnie-Herzégovine, Valentin Inzko, a rappelé mardi au Conseil de sécurité que l'objectif poursuivi par ce pays depuis 1991 était son admission au sein de l'Union européenne, mais que cet objectif semblait très éloigné en raison des divisions profondes qui paralysent ses instances politiques.

« Dix-sept ans se sont écoulées depuis la signature des Accords de paix de Dayton », a rappelé M. Inzko, en faisant allusion à l'accord de paix de 1995. « Le budget national a été adopté mais malheureusement, il est très décevant de constater que beaucoup de temps a été perdu par les responsables locaux. Alors que la plupart des pays de la région progressent, ce n'est pas le cas de la Bosnie-Herzégovine », a-t-il constaté.

Si depuis deux semaines, des signes de rapprochement sont apparus entre les deux principaux partis de la Republika Srpska et de la Fédération croato-bosniaque, il est fortement préoccupant, a estimé le Haut Représentant, de constater les défis grandissants lancés aux Accords de paix de Dayton de la part des dirigeants de la Republika Srpska au cours de ces six derniers mois.

« Comment doit-on répondre à un dirigeant de premier plan qui affirme que la Bosnie-Herzégovine ne lui inspire que du dégoût et qui ajoute qu'il espère que Dieu la détruira le plus tôt possible? », a lancé M. Inzko, mettant en garde contre la tentation de réduire de tels propos à une rhétorique électoraliste. « C'est un effort délibéré, depuis plusieurs années, de porter atteinte, voire d'éliminer le caractère fonctionnel de l'État et de ses institutions », a-t-il expliqué.

Ces défis, selon le Haut Représentant, sont suffisamment préoccupants pour qu'ils attirent l'attention du Conseil. Il a rappelé que le chef de la diplomatie britannique, William Hague, avait indiqué clairement, lors d'une récente visite à Sarajevo, que la Bosnie-Herzégovine ne pouvait envisager d'adhérer à l'Union européenne qu'en tant qu'État souverain et uni. « Je partage ce point de vue », a ajouté M. Inzko.

« Les défis lancés à l'unité du pays sont totalement contraires à l'objectif stratégique de l'intégration euro-atlantique que les autorités de Bosnie-Herzégovine ont déclaré unanimement prioritaires », a-t-il considéré. Le moment est venu pour les responsables politiques de cesser de « rouvrir des blessures qui ne sont pas cicatrisées pour porter sincèrement leur attention sur l'avenir du pays au sein de l'Union européenne », a-t-il ajouté.

Le Haut-Représentant a affirmé que la Bosnie-Herzégovine ne pouvait continuer de prendre un retard grandissant sur les autres pays de la région. Les obstacles à la mise en œuvre des Accords de paix sont devenus si fréquents et directs qu'ils méritent de recevoir une attention particulière.

« La remise en cause de la souveraineté du pays et de son avenir en tant qu'État doit cesser. La communauté internationale ne peut tolérer de tels défis. Elle doit s'assurer qu'elle dispose de la volonté et de la capacité d'y faire face », a souligné M. Inzko.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Bosnie-Herzégovine : les violences contre les femmes, triste héritage de la guerre, conclut une experte de l'ONU

En savoir plus


Coup de projecteur