En dépit de l'accident de Fukushima, le chef de l'AIEA défend la « sûreté » de l'énergie nucléaire

Le Directeur général de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano. Photo: AIEA/Dean Calma

5 novembre 2012 – Un an après avoir fait rapport sur les dégâts dévastateurs causés par l'accident survenu à la centrale de Fukushima Daiichi au Japon, le chef de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) a déclaré lundi aux États Membres des Nations Unies que le nucléaire était plus sûr qu'avant cet accident.

Attendu pour présenter à l'Assemblée générale le rapport annuel de l'Agence, le Directeur exécutif de l'AIEA, Yukiya Amano, n'a pas pu effectuer le déplacement jusqu'à New York à cause de l'ouragan Sandy.

Dans sa déclaration, qui a été transmise aux États Membres, il indique que « le processus qui permettra de s'assurer que les bons enseignements sont tirés [de cet accident] se poursuivra pendant de nombreuses années. Il est donc essentiel d'assurer la pleine mise en œuvre du Plan d'action sur la sûreté nucléaire », souligne-t-il.

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi a été endommagée à la suite d'un séisme, suivi d'un tsunami, le 11 mars 2011, entraînant une contamination de l'atmosphère, de l'eau, de la faune et de la flore dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres. M. Amano a assuré que des mesures avaient été prises pour améliorer la protection contre les catastrophes naturelles grâce notamment à l'expertise fournie par l'AIEA.

Par ailleurs, tout en reconnaissant que le dialogue s'est intensifié depuis un an entre l'Iran et l'AIEA, son Directeur général a signalé que ce pays, dont le programme nucléaire préoccupe de nombreux États Membres, ne fournit pas la coopération nécessaire pour permettre à l'AIEA de fournir une assurance crédible au sujet de l'absence de matériaux ou d'activités nucléaires non-déclarées.

« On ne peut donc pas conclure que tous les matériaux nucléaires qui se trouvent en Iran sont destinés à un usage pacifique », a estimé M. Amano.

Dans son discours, le Directeur exécutif a également engagé la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à coopérer pleinement avec l'AIEA, rappelant notamment que l'Agence n'avait pas pu effectuer de mesures de vérification dans ce pays depuis 2009. Il s'est plus particulièrement inquiété des déclarations faites par les autorités nord-coréennes au sujet de ses activités d'enrichissement de l'uranium et de la construction d'un réacteur à eau ordinaire, les qualifiant de « très troublantes ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Pour l'AIEA, l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord ne remplissent pas leurs obligations