Ban Ki-moon salue l'annonce d'une trêve en Syrie pour la fête de l'Aïd

Le porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, Martin Nesirky. Photo: ONU/Paulo Filguerias

25 octobre 2012 – Le Secrétaire général de l'ONU a salué jeudi l'annonce faite par les parties prenantes au conflit en Syrie qu'elles respecteraient une trêve à compter de vendredi à l'occasion de la fête musulmane de l'Aïd al-Adha.

« Il est important que toutes les parties prenantes adhèrent à cette trêve », a souligné le porte-parole de Ban Ki-moon, Martin Nesirky, lors d'un point presse donné au siège de l'ONU à New York. « Nous comprenons qu'il puisse exister un manque de confiance entre les parties prenantes et nous ne pouvons donc pas être sûrs de ce qu'il adviendra, mais nous espérons, pour le bien du peuple syrien, que les armes se tairont afin qu'il puisse célébrer cette fête en paix ».

Les appels à la trêve se sont multipliés ces derniers jours, plusieurs informations faisant état de la volonté manifeste des parties prenantes de la respecter. Selon la presse, l'armée syrienne a annoncé aujourd'hui qu'elle respecterait la trêve à condition de ne pas être attaquée et que les groupes d'opposition armés n'en profite pas pour consolider leurs positions.

La majorité des groupes d'opposition armés ont également déclaré qu'ils soutiendraient l'initiative, même si l'un d'entre eux a indiqué ne pas être concerné par l'accord. Cependant, ce groupe a promis de cesser ses opérations si les autres groupes en faisaient autant.

La semaine dernière, alors qu'il était en déplacement à Téhéran, le Représentant spécial conjoint pour les Nations Unies et la Ligue des États arabes, Lakdhar Brahimi, avait appelé les autorités iraniennes « à offrir leur assistance en vue d'obtenir un cessez-le-feu en Syrie pendant la fête d'Eid Al-Adha, une des fêtes religieuses les plus importantes du calendrier musulman ».

Selon les estimations de l'ONU, plus de 20.000 personnes, principalement des civils, ont trouvé la mort en Syrie depuis le début du soulèvement contre le régime du Président Bachar Al-Assad l'an dernier. L'ONU estime à 2,5 millions le nombre de nécessiteux.

L'appel de M. Brahimi avait également été relayé par le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et son homologue de la Ligue des États arabes, Nabil El-Araby, dans une déclaration conjointe.

« Ceux qui ont une influence dans la région et sur les parties prenantes doivent l'exercer pour que la violence cesse de façon durable. L'objectif est d'avancer vers un cessez-le-feu qui permettrait la relance de négociations politiques en vue de trouver une solution répondant aux aspirations du peuple syrien », a souligné M. Nesirky devant les journalistes.

Le porte-parole a également rappelé qu'il existe un besoin urgent d'aide humanitaire dans les zones affectées par les combats. Plus tôt cette semaine, Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) ont annoncé être prêts à fournir une aide humanitaire pendant la trêve.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : le HCR se prépare à distribuer une aide humanitaire pendant la trêve éventuelle de l'Aïd

En savoir plus





Coup de projecteur