Le Directeur général de la FAO exhorte à éradiquer la sous-alimentation « de notre vivant »

Le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano da Silva. Photo: FAO/Giulio Napolitano (photo d’archive)

25 octobre 2012 – Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, a invité aujourd'hui les groupes internationaux influents en matière d'alimentation et tous les acteurs du système alimentaire mondial à unir leurs forces pour éradiquer la faim « de notre vivant ».

À Turin, dans son allocution d'ouverture de la conférence Terra Madre, organisée par le mouvement international Slow Food, il a déclaré que pour éliminer la faim, il faudrait commencer par éliminer pertes et gaspillages alimentaires, entre autres mesures.

« Environ un tiers de la nourriture produite dans le monde est perdue ou gaspillée chaque année », a-t-il fait remarquer. « Cela suffirait à nourrir 500 millions de personnes sans exercer de pression supplémentaire sur les ressources naturelles. »

« Modifier le mode de production de nos aliments n'aurait aucun sens si nous continuons à consommer comme nous le faisons aujourd'hui », a ajouté M. Graziano da Silva avant de déclarer que l'heure était venue de « passer à la prochaine étape » dans la lutte contre la malnutrition.

La FAO a fait sien le défi lancé par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, d'éradiquer la faim de notre vivant, a-t-il assuré. « Je vous invite à en faire de même », a préconisé M. Graziano da Silva, en ajoutant « faisons nôtre le Défi Faim Zéro ».

Répondre à cet enjeu signifie qu'il faut que tous les systèmes alimentaires soient durables; permettre aux petits producteurs – et en particulier aux femmes – de doubler leur productivité et leurs revenus; réduire les gaspillages de nourriture; veiller à ce que les êtres humains aient un accès permanent à une alimentation nutritive; et éliminer la malnutrition chez les femmes enceintes et les enfants.

M. Graziano da Silva a déclaré qu'une des principales raisons du gaspillage alimentaire était la « tendance à une consommation excessive dans les pays à revenu moyen et élevé. »

Le résultat est qu'environ 1,5 milliard d'individus souffrent de surcharge pondérale, comparé aux 868 millions de personnes sous-alimentées, a-t-il poursuivi. « Ce chiffre illustre un des grands paradoxes de notre monde: la répartition inégale de la nourriture, des revenus et des opportunités ».

La Conférence Terra Madre, qui se réunit tous les deux ans et à laquelle participent quelque 130 pays, se penche sur les questions d'alimentation, d'agriculture, de développement durable, de gastronomie, de mondialisation et d'économie.

Slow Food International est une association à but non lucratif qui compte 100.000 membres dans le monde entier et défend une alimentation traditionnelle, durable, nutritive et savoureuse.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Pour la FAO, l'OMD visant à réduire de moitié la faim peut encore être réalisé avant la date-butoir de 2015

En savoir plus





Coup de projecteur