Les catastrophes naturelles, entraves au développement de la région Asie-Pacifique, selon l'ONU

La Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique (CESAP), Noeleen Heyzer. Photo: CESAP

23 octobre 2012 – D'après un rapport des Nations Unies publié mardi, le développement économique de la région Asie-Pacifique est entravé par des conditions météorologiques extrêmes.

Préparé par la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) et la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC), le rapport a été dévoilé à l'ouverture de la cinquième Conférence ministérielle asiatique sur la réduction des risques de catastrophe.

Ces risques, particulièrement élevés dans cette partie du monde, sont accrus par le fait que les personnes et les biens y sont particulièrement exposés, et que les populations les plus vulnérables s'avèrent incapables de faire face aux catastrophes.

« Notre défi en Asie-Pacifique est de contrôler à la fois l'exposition croissante et la vulnérabilité accrue. L'exposition aux dangers a été multipliée avec l'expansion urbaine et l'installation des populations dans des zones à risque », a expliqué la Secrétaire exécutive de la CESAP, Noeleen Heyzer, dans un communiqué de presse.

« Il est également préoccupant de constater que des pays avec des économies plus modestes, moins diversifiées et avec un déficit fiscal élevé révèlent des faiblesses face aux catastrophes, même de faible envergure », a-t-elle ajouté.

Le nombre de personnes exposées aux inondations en Asie a doublé entre 1970 et 2010 et celui des habitants dans des zones à risque de cyclones est passé de 70,8 à 120,7 millions au cours de la même période.

« L'exposition aux risques de catastrophes connait une croissance plus rapide que notre capacité à renforcer la résilience et la croissance économique rapide en Asie, ce qui en partie à l'origine de ce problème », a souligné la Représentante spéciale des Nations Unies pour la SIPC, Margareta Wahlström.

« Ceci a été montré clairement lors des inondations qui ont touché de larges zones de la région l'an dernier. Le défi consiste évidemment à ne pas interrompre le développement, tout en limitant l'exposition croissante et la vulnérabilité accrue. En réduisant les risques nous pourrons sauver des vies, des moyens de subsistance et des infrastructures importantes, telles que des écoles, des cliniques et des routes », a-t-elle ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Asie-Pacifique: appui de l'ONU à des initiatives d'appui au développement durable