L'UIT et l'OMS lancent une initiative conjointe en faveur de la santé pour lutter contre les maladies non transmissibles

Le Secrétaire général Ban Ki-moon et son épouse Yoo Soon-taek rencontrent une patiente atteinte de tuberculose lors de leur visite en Malaisie. Photo ONU/E. Debebe

17 octobre 2012 – L'Union internationale des télécommunications (UIT) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont lancé mercredi une initiative commune visant à utiliser la technologie mobile, en particulier la messagerie et les textos, dans la lutte contre les maladies non transmissibles (MNT) telles que le diabète, le cancer, les maladies cardiovasculaires ou les maladies respiratoires chroniques.

« Les innovations technologiques modifient le contexte de la prévention des maladies et de la lutte contre celles-ci. L'omniprésence des technologies mobiles, y compris dans beaucoup de pays figurant parmi les moins avancés, offre une chance exceptionnelle d'élargir l'emploi des applications de cybersanté », a expliqué le Secrétaire général de l'UIT Hamadoun Touré.

« L'UIT et l'OMS uniront leurs forces pour lutter contre les maladies non transmissibles et invalidantes en faisant appel à des techniques et services de santé sur mobile qui sont efficaces, modulables et durables. Nous contribuerons ainsi à mettre fin à un fléau qui freine la croissance économique et le développement dans le monde entier », a-t-il ajouté.

Les maladies non transmissibles figurent parmi les principales causes de décès et de maladie, dans les pays développés comme dans les pays émergents. Elles absorbent une grande partie des budgets alloués aux soins de santé dans la plupart des pays du monde, riches ou pauvres. Sur les 57 millions de décès annuels dans le monde, 36 millions seraient imputables à ces maladies, dont 14 millions de morts de personnes âgées de 30 à 70 ans.

Dans le cadre de cette initiative, l'UIT et l'OMS fourniront des conseils reposant sur des données factuelles et des directives opérationnelles afin d'encourager les pouvoirs publics et d'autres acteurs en matière de santé publique, à mettre en place des interventions pour prévenir et traiter les maladies non transmissibles et lutter contre les comportements qui sont les principaux facteurs de risque dont le tabagisme, mauvaises habitudes alimentaires, absence d'activité physique et consommation nocive d'alcool.

« L'OMS utilise déjà le mobile pour la surveillance des maladies non transmissibles et de leurs facteurs de risque. Par exemple, le Système mondial de surveillance du tabagisme chez les adultes utilise le téléphone mobile pour saisir des données sur la consommation de tabac dans 17 pays – couvrant ainsi plus de la moitié de la population mondiale », a indiqué de son côté le Sous-directeur général de l'OMS pour les maladies non transmissibles et la santé mentale, Oleg Chestnov.

« Notre expérience de la gestion de projets utilisant le mobile, à l'échelle des populations, sera infiniment précieuse pour cette initiative », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'UIT met le téléphone mobile au service du développement durable

En savoir plus





Coup de projecteur