Des experts de l'ONU demandent l'arrêt des exécutions de condamnés en Iran

Le Rapporteur spécial de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Christof Heyns.

12 octobre 2012 – Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Christof Heyns, le Rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez, et le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme en Iran, Ahmed Shaheed ont exhorté vendredi l'Iran à mettre fin immédiatement aux exécutions de prisonniers, dont 11 sont programmées pour samedi.

« Nous exhortons les autorités iraniennes à ne pas exécuter Saeed Sedeghi et dix autres individus dont les exécutions sont programmées pour le samedi 13 octobre », ont déclaré les experts dans un communiqué de presse .

M. Sedeghi a été condamné à mort le 2 juin 2012 pour des crimes liés au trafic de stupéfiants. Selon les informations du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (HCDH), M. Sedeghi n'aurait pas bénéficié d'un procès équitable et aurait été torturé au cours de sa détention.

« Toute condamnation à mort doit respecter scrupuleusement les obligations internationales d'un procès équitable et les garanties d'une procédure régulière telles que définies par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel l'Iran est partie », ont rappelé les experts.

« Dans les pays qui n'ont pas aboli la peine de mort, cette peine ne peut être imposée que pour les crimes les plus graves, ce qui exclut les crimes en relation avec les stupéfiants. Les exécutions de condamnés dont les procès ne respectent pas ces critères sont assimilables à des exécutions arbitraires », ont-ils ajouté.

Plus de 300 personnes ont été exécutés en Iran depuis le début de 2012, dont une majorité pour des crimes liés aux stupéfiants.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Des experts de l'ONU préoccupés par le sort des minorités religieuses en Iran

En savoir plus





Coup de projecteur