Asie-Pacifique: appui de l'ONU à des initiatives d'appui au développement durable

La Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP), Noeleen Heyzer.

10 octobre 2012 – Vingt-trois nations de l'Asie et du Pacifique ont conclu mercredi un accord pour établir un réseau logistique et de transport viable en vue de booster leur croissance et d'élargir leur accès aux opportunités économiques et aux services sociaux.

« Le transport joue un rôle essentiel pour réduire la pauvreté, stimuler la croissance et réaliser le développement. Il existe un besoin de mieux desservir nos communautés reculées en services sociaux, de leur offrir davantage d'opportunités afin de relancer la croissance », a déclaré la Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP), Noeleen Heyzer, à l'issue d'une réunion qui s'est tenue à Bangkok.

« Il faut renforcer le lien entre les communautés rurales et urbaines et rendre nos villes plus vivables et résilientes et davantage tournées vers l'avenir », a-t-elle ajouté dans ses remarques devant le comité de la CESAP sur le transport.

La réunion s'inscrit dans la continuité de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), qui a eu lieu au Brésil en juin dernier. Son objectif principal : renforcer la contribution du Programme d'action régional pour le développement du transport en Asie-Pacifique aux piliers économique, social et environnemental du développement durable.

« Rio+20 a clairement identifié le transport et la mobilité comme des facteurs clés pour la mise en œuvre du développement durable, tout comme le Plan d'action quinquennal du Secrétaire général », a rappelé Mme Heyzer.

Plus tôt cette semaine, un groupe de petits états insulaires en développement du Pacifique a reconnu, à l'issue de deux journées de consultations, l'importance de promouvoir une synergie entre leurs politiques macroéconomiques et leurs politiques de sécurité énergétique afin de stimuler le développement durable et renforcer leur résilience face aux chocs économiques externes.

Lors de ces consultations, également organisées sous l'égide de la CESAP, les pays en question ont reconnu qu'une attention uniquement fixée sur le pilier économique risquerait d'avoir un impact social et environnemental négatif, qui pourrait se traduire par l'accroissement des inégalités ou la dégradation des ressources naturelles.

Les participants ont également discuté de politiques fiscales et monétaires communes susceptibles de soutenir le renforcement de la production de l'énergie renouvelable dans la région par des impôts, des subventions et des investissements publics afin de développer un marché capable d'attirer des investissements privés.


News Tracker: autres dépêches sur la question

ONU : l'Asie-Pacifique doit se doter de politiques vertes pour le développement durable