Selon l'ONU, 870 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde

Des réfugiés somaliens au camp de Buramino, en Ethiopie. Photo: PAM/Jiro Ose

9 octobre 2012 – Selon le dernier rapport sur la faim dans le monde conjointement publié lundi par plusieurs agences des Nations Unies, près de 870 millions de personnes – soit un habitant sur huit de la planète –, souffraient de sous-alimentation chronique en 2010-2012.

L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde 2012 (SOFI), publié par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour le développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM), présente une estimation de la sous-alimentation chronique couvrant les deux dernières décennies.

La grande majorité des personnes souffrant de la faim, soit 852 millions, vivent dans les pays en développement - environ 15% des habitants de ces pays - tandis que 16 millions sont sous-alimentées dans les pays développés. Le nombre total de sous-alimentés a baissé de 132 millions entre 1990-92 et 2010-12, passant de 18,6% à 12,5% au niveau mondial et de 23,2% à 14,9% dans les pays en développement, ce qui met l'Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) d'éradiquer la faim à portée de main si des mesures appropriées sont prises.

Entre 1990 et 2007, le nombre d'affamés a diminué plus rapidement que prévu auparavant. Depuis 2007-2008, toutefois, les progrès mondiaux dans la réduction de la faim se sont ralentis puis stabilisés.

« Avec des possibilités techniques et économiques sans précédent, il paraît totalement inacceptable que plus de 100 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent d'insuffisance pondérale et se trouvent donc dans l'incapacité de réaliser pleinement leur potentiel humain et socio-économique, et que la malnutrition infantile soit, chaque année, une cause de décès pour plus de 2,5 millions d'enfants », ont souligné, dans la préface du rapport, José Graziano da Silva, Kanayo F. Nwanze et Ertharin Cousin, respectivement chefs de la FAO, du FIDA et du PAM.

« Nous notons avec une préoccupation particulière que la sortie de l'économie mondiale de la crise financière reste fragile. Néanmoins, nous appelons la communauté internationale à redoubler d'efforts pour aider les plus pauvres à réaliser leur droit fondamental à une nourriture suffisante. Le monde possède les connaissances et les moyens d'éliminer toutes les formes de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition », ont-ils ajouté.

Afin de réaliser cet objectif, il est nécessaire selon les auteurs du rapport d'adopter une «double approche», basée sur le soutien à une croissance économique englobant tous les secteurs, y compris l'agriculture, et sur la mise en place de filets de sécurité pour les plus vulnérables.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU appelle à une action rapide pour lutter contre la faim dans le monde

En savoir plus





Coup de projecteur