Liban : L'ONU et le gouvernement évaluent les besoins des réfugiés syriens à l'approche de l'hiver

Le Coordonateur spécial des Nations Unies pour le Liban, Derek Plumbly. Photo ONU/Paulo Filgueiras

8 octobre 2012 – De hauts responsables onusiens et libanais ont examiné lundi à Beyrouth les besoins financiers et matériels du Liban, pour l'aider à faire face au flux croissant de réfugiés en provenance de Syrie alors que l'hiver approche.

« La coordination entre le gouvernement libanais, les Nations Unies et les organisations non gouvernementales pour faire face aux besoins des réfugiés est étroite », a déclaré à la presse le Coordinateur spécial de l'ONU pour le Liban, Derek Plumbly, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre libanais, Najib Mikati.

A ce jour, plus de 300.000 personnes se sont réfugiées dans les pays voisins de la Syrie pour fuir les violences dans ce pays, qui ont fait plus de 18.000 morts, essentiellement des civils, depuis le début du soulèvement populaire contre le régime du président Bachar al-Assad il y a 19 mois.

Le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) avait annoncé la semaine dernière qu'il organisait, avec ses partenaires, un programme destiné spécifiquement à aider les réfugiés à affronter l'hiver, prévoyant la distribution de carburant de chauffage, de matelas, de couvertures et de vêtements, ainsi qu'une adaptation à l'hiver des conditions d'hébergement des réfugiés.

Le HCR a cependant souligné que l'éparpillement des réfugiés sur le territoire libanais posait un problème particulier, s'agissant d'acheminer de l'aide aux zones les plus reculées.

M. Plumbly a indiqué que l'ONU avait récemment émis un appel revu à la hausse pour rassembler les 488 millions de dollars nécessaires pour couvrir les besoins des réfugiés syriens en Jordanie, au Liban, en Iraq et en Turquie, dont le nombre continue de grimper.

« Nous sommes très préoccupés par la violence en Syrie. Le Liban respecte ses obligations humanitaires et se montre digne de sa crédibilité. L'ONU a clairement condamné les violations récurrentes des frontières du pays », a déclaré le Coordinateur spécial.

« Nous avons également clairement exprimé notre soutien aux efforts du Président et du Premier Ministre qui tentent d'éviter que la violence ne déborde à l'intérieur du pays. Je souhaite réitérer mon appel à l'ensemble des parties concernées pour garantir la sécurité au Liban », a-t-il ajouté.

La violence en Syrie a alimenté les tensions sectaires au Liban et soulevé des craintes que le pays replonge dans la violence qui l'a déchiré pendant une guerre civile de 15 ans qui a pris fin en 1990.

M. Plumbly et M. Mikati se sont également félicités du calme régnant le long de la Ligne bleue, qui sépare le Liban et Israël et qui fut le théâtre de combats entre les forces israéliennes et le Hezbollah libanais en 2006.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Plus de 300.000 Syriens réfugiés dans les pays voisins, soit trois fois plus qu'en juin : HCR

En savoir plus





Coup de projecteur