Pillay demande à la Serbie d'autoriser une parade de la communauté LGBT

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay. Photo ONU/Paulo Filgueiras

4 octobre 2012 – La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé jeudi les autorités de la Serbie à revenir sur leur décision d'interdire une parade de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT), affirmant que les citoyens d'un pays ne devraient pas être privés de leur droit aux libertés d'expression, d'association et de réunion.

La parade, prévue pour samedi, a été interdite par le Ministère serbe de l'Intérieur, pour raisons de sécurité. Il avait pris la même décision l'an dernier, après que la parade de 2010 à Belgrade eut été marquée par des actes d'hostilité, de vandalisme et de violence au cours desquels de nombreux policiers et civils avaient été blessés.

« Répondre à des attaques violentes contre des membres d'une communauté vulnérable en leur interdisant de se réunir pacifiquement et de s'exprimer revient à violer davantage leurs droits humains fondamentaux », a déclaré la Haut Commissaire, Navi Pillay, dans un communiqué. « Les États devraient faire face aux préjugés, plutôt que de s'y soumettre », a-t-elle ajouté.

Mme Pillay a rappelé que les progrès effectués par la Serbie en matière de protection et de promotion des droits de l'homme depuis 2008 avaient été cités par plusieurs organes de l'ONU. La parade de Belgrade est une occasion pour la Serbie de réaffirmer son engagement en faveur de la promotion des droits de l'homme, notamment ceux des communautés vulnérables, a-t-elle estimé.

« J'exhorte le gouvernement serbe à prendre des mesures pour assurer une protection adéquate à la communauté LGBT, ainsi qu'à d'autres groupes vulnérables ou minorités, comme les Rom, afin qu'ils puissent exercer pacifiquement leurs libertés d'expression, d'association et de réunion », a dit Mme Pillay.

L'examen périodique universel par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU de la situation dans ce domaine en Serbie, prévu pour l'an prochain, sera une nouvelle occasion d'analyser les mesures prises par l'État serbe en matière de protection des droits de l'homme, a conclu Mme Pillay.

En savoir plus


Coup de projecteur