La FAO compte sur la communauté scientifique pour lutter contre la faim

Le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva. Photo: FAO/Alessia Pierdomenico.

3 octobre 2012 – Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a affirmé mercredi que la communauté scientifique doit aider à transformer la situation sociale, environnementale, politique et économique des zones rurales où vivent la majorité des personnes souffrant de la faim dans le monde

« Dans les années à venir, pour nourrir le monde de manière durable, il faudra trouver des moyens d'augmenter la production vivrière et de la rendre plus efficace, tout en réduisant l'impact sur les ressources naturelles et financières », a souligné José Graziano da Silva dans son discours aux étudiants et universitaires de l'Université agricole de Beijing, la plus grande et importante en Chine.

« Nous comptons sur chaque nouvelle génération de scientifiques et de chercheurs - et sur chacun d'entre vous ici présent aujourd'hui - pour promouvoir l'innovation technologique et les échanges d'idées », a-t-il ajouté. M. da Silva s'est vu décerner à cette occasion le titre de Professeur Honoraire de l'Université.

Tout en remerciant l'Université de sa nomination, M. da Silva a tenu à souligner l'importance du monde académique dans la lutte contre la faim.

« La lutte contre la faim a besoin du monde académique, de ses connaissances, de ses idées et de sa pensée intellectuelle et morale. Mais les connaissances universitaires nous mènent beaucoup plus loin lorsque nous appliquons sur le terrain ce que nous apprenons à l'université et lorsque nous rapportons en milieu universitaire et dans nos activités de politique publique la connaissance traditionnelle qui existe sur le terrain. Pour ce faire, nous devons aller au-delà des murs de l'université », a déclaré M. da Silva.

Le Directeur général s'est félicité des « réalisations remarquables » de la Chine qui nourrit près de 21% de la population mondiale et poursuit ses progrès dans l'agriculture, la foresterie, l'élevage, la pêche et la promotion du développement rural. Il a fait remarquer que la politique du gouvernement chinois s'est fixé comme priorités la sécurité alimentaire, le développement rural et urbain durable et l'amélioration des moyens d'existence - agricoles ou non - des populations rurales.

« Toutefois, à l'échelle mondiale, les succès remportés dans l'accroissement de la production vivrière n'ont pas suffi à vaincre la faim », a déploré M. da Silva. « Près de 900 millions de personnes dans le monde sont confrontées à la faim quotidiennement, tandis que deux milliards d'individus sont victimes d'autres formes de malnutrition, y compris des effets nuisibles de la suralimentation ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Aquaculture : La FAO lance un partenariat mondial pour lutter contre la faim

En savoir plus





Coup de projecteur