L'Inde réclame l'adoption d'une Convention générale sur le terrorisme

Le Ministre des Affaires extérieures de l’Inde, S.M. Krishna. Photo: ONU/Jennifer S Altman

1 octobre 2012 – Le Ministre des Affaires extérieures de l'Inde, S.M. Krishna, a plaidé lundi pour une « tolérance zéro » en matière de terrorisme, appelant à un renforcement du cadre juridique international pour renforcer la lutte contre ce fléau, notamment par l'adoption d'une convention globale dans le cadre des Nations Unies.

« La communauté internationale doit redoubler d'efforts pour démanteler l'infrastructure du terrorisme, y compris ses réseaux d'épicentres, de sites de formation et de sources de financement », a-t-il déclaré devant l'Assemblée générale des Nations Unies.

« Il est grand temps que nous fassions preuve de la volonté politique nécessaire et que nous nous mettions d'accord sur une Convention générale sur le terrorisme international, pour renforcer le cadre normatif de lutte contre un défi qui est de plus en plus généralisé et sophistiqué », a ajouté le Ministre indien.

Soulignant par ailleurs la nécessité de forger un consensus renouvelé en faveur de la non-prolifération et du désarmement nucléaires, M. Krishna a plaidé pour un dialogue approfondi entre États dotés de l'arme atomique et pour des mesures qui limiteraient les risques nucléaires, notamment l'accès de groupes terroristes à ces armes.

Rappelant que l'Inde s'était engagée dans la voie d'une normalisation progressive de ses relations avec le Pakistan, M. Krishna a regretté qu'une allusion injustifiée ait été faite au Jammu-et-Cachemire lors du débat général de l'Assemblée annuelle de l'ONU. « Le peuple du Jammu-et-Cachemire a fait à de nombreuses reprises le choix de son destin par le biais des mécanismes démocratiques bien établis de l'Inde », a-t-il poursuivi, indiquant qu'il était clair « que le Jammu-et-Cachemire faisait partie intégrante de l'Inde ».

Rappelant l'engagement de l'Inde en faveur de la construction d'un Afghanistan stable, démocratique et prospère, le Ministre a indiqué que l'existence de sanctuaires terroristes au-delà des frontières de l'Afghanistan constituait l'obstacle principal à la restauration de la paix et de la sécurité dans le pays.

M. Krishna a également rappelé l'engagement de son pays en faveur d'une approche équilibrée et basée sur le principe de responsabilités communes mais partagées, afin de relever le défi du changement climatique. Invitant la communauté internationale à redoubler d'efforts pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l'échéance convenue de 2015. Il a indiqué que l'agenda pour le développement après cette date devait mettre l'accent sur la lutte contre la pauvreté, l'emploi, la sécurité alimentaire et surtout la promotion de la croissance économique. « L'Inde est déterminée à renforcer son partenariat avec l'Afrique, notamment dans le cadre du Forum Inde-Afrique », a-t-il affirmé.

Enfin, M. Krishna a rappelé que l'idée d'une réforme du Conseil de sécurité était pleinement soutenue par l'Inde, elle-même candidate à un siège permanent au sein de cet organe. Il a estimé que le Conseil devrait « s'ouvrir à des pays capables et désireux d'assumer les responsabilités supplémentaires qui vont de pair avec le maintien de la paix internationale. » Le fait qu'il n'y ait pas de pays africain comme membre permanent du Conseil est « une incongruité », a-t-il ajouté.

En savoir plus





Coup de projecteur