Le Maroc se réjouit des transitions dans lesquelles est engagé le monde arabe

Le Prince Moulay Rachid du Maroc, à la tribune de l'Assemblée générale. Photo: ONU/Marco Castro

28 septembre 2012 – Le Prince Moulay Rachid du Maroc a rappelé jeudi, devant l'Assemblée générale des Nations Unies, que le monde arabe, la Tunisie, la Libye, l'Égypte et le Yémen notamment, avaient franchi des étapes importantes sur la voie de la transition démocratique, en dépit d'un climat politique complexe et agité.

S'agissant de la Syrie, le Prince Moulay Rachid a rappelé que son pays avait apporté une contribution substantielle au soutien international en faveur des initiatives de la Ligue des États arabes.

« Le peuple syrien continue de payer, chaque jour, de son sang, le prix de la liberté, dans l'espoir d'un changement démocratique permettant à toutes ses composantes de participer aux transformations qu'il appelle de ses vœux », a-t-il souligné.

Le Prince Moulay Rachid a appelé à « mener des actions fermes » pour amener le régime syrien à mettre un terme à la violence et à conduire une transition politique qui englobe toutes les sensibilités. Il a demandé, dans le même temps, de mobiliser les ressources financières permettant de répondre aux besoins des réfugiés et des déplacés syriens.

Passant à la question de Palestine, le Prince Moulay Rachid a lancé un appel à la mobilisation du soutien international en faveur de la demande de statut d'État non membre à l'ONU. Il a aussi souhaité la reprise des négociations directes au plus tôt, avec l'engagement et le parrainage des puissances influentes. Le Prince Moulay Rachid a aussi fustigé le plan israélien visant à judaïser Jérusalem, alors qu'il « ne peut y avoir de paix sans Jérusalem-Est comme capitale de l'État palestinien indépendant », a-t-il affirmé.

Le Prince Moulay Rachid a ensuite expliqué que le Maroc avait entrepris d'opérationnaliser l'Union Maghrébine. Pour éliminer tout obstacle à cette initiative, le gouvernement a participé aux négociations en vue de trouver une « solution politique, réaliste et négociée, pour le différend régional autour du Sahara marocain, solution qui garantisse la souveraineté territoriale et l'unité nationale du Maroc et permette le regroupement des familles et le respect des spécificités de la population de la région », a-t-il indiqué.

Le Maroc, a ajouté le Prince, demeure « engagé et disposé a négocier sur la base des règles établies et maintes fois réaffirmées par le Conseil de sécurité et à partir de l'initiative d'autonomie que la communauté internationale considère comme étant «sérieuse, réaliste et crédible ». De même, « il poursuivra sa coopération constructive avec la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), sur la base du mandat qui lui a été assigné par le Conseil de sécurité et qui ne subira aucune modification, ni dans sa nature, ni dans son contenu ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Maroc : des progrès restent à faire pour mettre fin à la torture, selon un expert de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur