Le Myanmar promet à l'ONU de consolider sa démocratie et d'agir en faveur de la paix

Vue de la salle de l’Assemblée générale. ONU Photo/Eskinder Debebe

27 septembre 2012 – Le Président du Myanmar, U Thein Sein, a promis jeudi que son pays, après plusieurs décennies de régime autoritaire, allait désormais ancrer solidement la démocratie dans ses institutions et ses pratiques, œuvrer à la paix entre les différentes ethnies qui le composent et jouer un rôle plus actif dans les instances internationales.

S'exprimant devant l'Assemblée générale des Nations Unies, M. Thein Sein a souligné les progrès accomplis au cours des 18 derniers mois sur la voie de la démocratie au Myanmar, parmi lesquels l'amnistie de nombreux prisonniers d'opinion, le retour dans la dignité d'exilés politiques, le bon déroulement en 2012 d'élections partielles, l'abolition de la censure des médias et la libération de l'accès à Internet.

En peu de temps et « même si cela n'a pas été une tâche facile », le système de gouvernement autoritaire, où les pouvoirs administratif, législatif et judiciaire étaient centralisés, a été abandonné. Un gouvernement démocratique et un parlement solide ont été mis en place, s'est-il félicité.

« Le progrès politique dans notre pays renforce sa légitimité », a-t-il dit, rendant hommage au passage à sa compatriote Aung San Suu Kyi, championne de la cause démocratique, lauréate du prix Nobel de la Paix et désormais membre du Parlement du Myanmar.

Cependant, a-t-il ajouté, « la cessation de tous les conflits armés est une condition indispensable à l'édification d'une vraie démocratie ». En conséquence, le Gouvernement du Myanmar, qui a déjà signé des accords de cessez-le-feu avec 10 groupes armés rebelles, « travaille ardemment à mettre fin aux difficultés qui affectent depuis longtemps les régions peuplées de minorités ethniques ».

« Des négociations vont se poursuivre à l'échelon national afin de parvenir à un accord de paix définitif qui puisse mettre fin aux hostilités », a-t-il promis.

Évoquant les récentes violences dans l'Etat de Rakhine, il a indiqué qu'une commission d'enquête nationale indépendante, dont la composition reflète toutes les religions présentes au Myanmar, avait été créée et que des représentants de la communauté internationale avaient pu se rendre sur place. Le Myanmar a le droit de sécuriser ses frontières et de protéger sa souveraineté, a toutefois fait valoir M. Thein Sein.

Le processus de transformation démocratique du Myanmar est complexe, a poursuivi le Président, qui a sollicité la patience et la compréhension de la communauté internationale et de son propre peuple.

Enfin, M. Thein Sein a affirmé que son pays, entré dans une nouvelle ère de son histoire, participerait désormais davantage aux différentes activités des Nations Unies dans tous les domaines. « Prenant place sur la scène mondiale en tant que nation responsable et respectable, nous allons faire face aux défis du 21ème siècle de manière audacieuse et résolue », a-t-il dit.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Myanmar : un expert de l'ONU salue la libération de plusieurs prisonniers d'opinion

En savoir plus


Coup de projecteur