Ban Ki-moon prévient du risque d'« une crise majeure » au Sahel

De jeunes filles prennent un repas dans un centre administré par le Programme alimentaire mondial (PAM) à Guidam Makadam, au Niger. Photo: PAM/P.Behan

26 septembre 2012 – Le Secrétaire général Ban Ki-moon a appelé mercredi la communauté internationale à renforcer d'urgence le soutien aux gouvernements et aux peuples de la région du Sahel, où plus de 18 millions de personnes sont touchées par une grave crise alimentaire.

« Le Sahel se trouve dans une phase critique. Les troubles politiques, les conditions climatiques extrêmes et la fragilité des économies sont autant de facteurs qui font le lit d'une crise majeure », a prévenu M. Ban lors d'une réunion de haut niveau en marge de la 67ème session de l'Assemblée générale de l'ONU.

Le Sahel traverse actuellement une période de troubles, qui ne sont pas uniquement politiques mais également de nature sécuritaire, humanitaire ou liés à la détérioration des droits de l'homme.

À la crise politique et l'insécurité au Mali, s'ajoutent les problèmes de pauvreté extrême, le manque de développement ainsi qu'une insécurité considérable liée à la porosité des frontières.

Les catastrophes naturelles, en particulier les inondations, les sécheresses et les essaims d'acridiens, associées à la volatilité des prix des denrées alimentaires, portent atteinte à la résilience des populations et menacent le développement régional.

« En raison de l'instabilité qui règne dans le nord du Mali, plus de 260.000 personnes ont dû fuir dans les pays voisins, mettant à rude épreuve les infrastructures socioéconomiques déjà fragiles de ces pays », a rappelé le Secrétaire général.

Toute tentative de résoudre cette crise par la force doit cependant être examinée avec le plus grand soin selon M. Ban, car elle pourrait avoir des conséquences humanitaires importantes, notamment de nouveaux déplacements de population et une restriction de l'accès aux organismes humanitaires

À la demande du Conseil de sécurité, l'ONU planche actuellement sur une stratégie régionale intégrée pour le Sahel qui vise à renforcer les moyens régionaux d'action afin de lutter contre l'insécurité, prévenir et combattre les crises de grande envergure et promouvoir la gouvernance démocratique et le respect des droits de l'homme.

« La stratégie aidera les pays du Sahel à enrayer la menace terroriste, à lutter contre la criminalité organisée et à limiter la prolifération des armes, sans oublier des actions contre le blanchiment d'argent et pour améliorer la surveillance des frontières », a souligné M. Ban. La stratégie encouragera selon lui en outre une large participation, ainsi que la conciliation et la médiation, de manière à désamorcer les tensions à l'intérieur des pays et entre eux.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU plaide pour une stratégie régionale intégrée au Sahel

En savoir plus





Coup de projecteur