Le Luxembourg réitère à l'ONU son soutien à la création d'un État palestinien

Le Grand-Duc Henri de Luxembourg. Photo ONU/Jennifer S Altman

26 septembre 2012 – Le Grand-Duc Henri de Luxembourg a déclaré mercredi à l'Assemblée générale de l'ONU que son pays restait résolument engagé pour le règlement pacifique du conflit israélo-palestinien et l'établissement de la Palestine en tant qu'État indépendant.

« Ce conflit n'a que trop duré. I1 est essentiel que les parties entament de nouveaux pourparlers directs et négocient une paix durable entre elles, avec l'appui du Quartette. Le chemin sera certes ardu, mais l'objectif en vaut la peine, pour les Israéliens et les Palestiniens et pour la région tout entière : un Etat palestinien indépendant, démocratique, d'un seul tenant et viable, vivant côte à côte avec l'Etat d'Israël dans la paix et la sécurité », a souligné le chef de l'État luxembourgeois.

Le Luxembourg appuie de longue date l'édification de l'État palestinien sur les plans politique et économique et soutient les aspirations de la Palestine à prendre sa place parmi les nations du monde.

« Nous apportons un soutien financier à l'Autorité palestinienne pour l'aider à faire fonctionner l'administration et les services sociaux de base. Et nous sommes un partenaire fiable de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) », a rappelé le Grand-Duc.

« En vertu d'un accord signé en février 2012 avec l'UNRWA, le Luxembourg fournira une assistance de 15 millions d'euros aux réfugiés de Palestine au cours de la période 2012-2015 », a-t-il ajouté.

Concernant la crise qui sévit depuis 18 mois en Syrie, le Grand-Duc de Luxembourg a exprimé la préoccupation de son pays face à une situation qui ne cesse de s'aggraver, qui a fait près de 20.000 victimes et qui a de plus en plus de répercussions sur les pays voisins.

« Cette crise interpelle notre conscience », a-t-il souligné. « Elle met notre engagement à rude épreuve. Certains sont tentés de rendre les Nations Unies coupables d'inaction. Mais la culpabilité est ailleurs. Les responsables des violences effroyables, des crimes de guerre, des violations graves des droits de l'homme et des crimes contre l'humanité commis en Syrie devront un jour, le Luxembourg en est convaincu, en rendre compte ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le PAM et le Luxembourg signent un partenariat

En savoir plus



Plus de vidéo »