De New York aux zones touchées par les conflits, l'ONU observe la Journée internationale de la paix

Le Secrétaire général fait retentir la cloche de la paix lors la cérémonie annuelle marquant la Journée internationale de la paix. Photo ONU/Paulo Filgueiras

21 septembre 2012 – À l'occasion de la Journée internationale de la paix, célébrée vendredi au Siège des Nations Unies et partout dans le monde, le Secrétaire général Ban Ki-moon a fait retentir la cloche de la paix lors de la cérémonie traditionnelle de cette Journée qui a pour thème cette année « Une paix durable pour un avenir durable ».

« Nous demandons aussi à tous les peuples du monde d'observer une minute de silence à la mi-journée afin d'honorer toutes les victimes, à savoir celles qui ont perdu leur vie et celles qui ont survécu, mais doivent à présent faire face aux traumatismes et à la souffrance », a déclaré M. Ban.

« Dans ce temps de tensions, nous avons besoin de faire résonner un message de tolérance, de dialogue, de coopération et d'harmonie » a déclaré M. Ban en faisant retentir la cloche, faite à partir de pièces de monnaie offertes par des enfants de 60 pays et qui est un cadeau du Japon aux Nations Unies en 1981.

« L'ONU travaille pour une paix durable à travers le monde. Nous tentons d'éviter les conflits avant qu'ils n'éclatent, de résoudre les disputes par des moyens pacifiques et d'aider les populations à poser les fondations d'une paix durable », a rappelé le Secrétaire général.

« Aujourd'hui, nous devons faire retentir la cloche de la paix avec force et conviction. Nous devons faire en sorte qu'elle puisse être entendue malgré les voix de la discorde et de l'extrémisme qui appellent à la violence », a-t-il ajouté aux côtés des acteurs américains Michael Douglas et Forest Whitaker, Messagers de la paix et Ambassadeurs de bonne volonté de l'ONU, mais aussi du rescapé de l'Holocauste et militant des droits de l'homme, Elie Wiesel, et de la biologiste Jane Goodall.

Dans ses remarques, M. Ban a mis en exergue deux des aspects les plus préoccupants de conflits récents : le recrutement d'enfants-soldats et le commerce illicite de diamants et autres ressources naturelles pour financer les conflits.

« Les ressources naturelles doivent être utilisées au profit de tous, et non pour financer des guerres », a-t-il affirmé. « Les enfants devraient aller à l'école et non être recrutés par des groupes armés. Les budgets nationaux devraient être axés sur le renforcement des capacités, et non sur la fabrication d'armes meurtrières ».

Le Département des opérations de maintien de la paix a également marqué la Journée dans les différentes missions déployées sur le terrain, notamment en observant une minute de silence pour rendre hommage aux Casques bleus tués dans l'exercice de leurs fonctions.

L'ONU déploie actuellement 120.000 personnels militaire, policier et civil, d'Haïti au Timor-Leste, en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde.

À Genève, le Rapporteur spécial pour la promotion d'un ordre international démocratique et équitable, Alfred de Zayas, a lancé un appel en faveur d'un effort mondial maximal pour la résolution pacifique des conflits et des disputes.

« Lorsque les négociations sont dans l'impasse, lorsque les États se montrent intransigeants, il est temps de retrouver l'esprit de compromis. Nous devons maîtriser notre instinct de prédateur, notre propension à la discrimination et à préserver nos privilèges », a lancé M. de Zayas.

« Aujourd'hui, j'appelle les États et la société civile à rester confiants dans la Charte des Nations Unies, à s'abstenir du recours ou de la menace au recours à la force, à mettre fin aux comportements belligérants et à ne pas attiser les craintes, qui sont toutes incompatibles avec le Pacte international des droits civils et politiques.

En savoir plus





Coup de projecteur