L'ONU plaide pour une stratégie régionale intégrée au Sahel

Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey D. Feltman, s’adresse au Conseil de sécurité.

17 septembre 2012 – Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a appelé lundi les membres du Conseil de sécurité et la communauté internationale à soutenir les efforts des Nations Unies dans le développement d'une stratégie régionale intégrée pour le Sahel, telle que requise dans la résolution du Conseil en date du 5 juillet dernier.

« Les menaces et les défis dans la région ne connaissent pas de frontières ni de domaines, et leurs solutions doivent être l'objet d'une action coopérative et globale », a plaidé Jeffrey Feltman.

Les frontières des États de la région, longues et poreuses, facilitent les activités de la criminalité transnationale organisée et des groupes terroristes, en particulier dans les zones isolées et faiblement administrées, de même que les trafics d'armes, de drogue et de personnes. « Associées aux effets de la poursuite du conflit armé interne, ces différentes menaces sapent le développement économique » de pays dont l'indice de développement humain est un des plus faibles du monde, a-t-il expliqué.

« Les défis posés aux droits de l'homme dans la région résultent de la combinaison de la faiblesse, de longue date, de l'état de droit, de l'exclusion sociale et de la discrimination », a poursuivi M. Feltman, qui a pointé du doigt le manque de responsabilité en matière judiciaire et des pratiques discriminatoires trop répandues contre les femmes et les minorités.

Le Secrétaire général adjoint a en outre mis l'accent sur la situation humanitaire que traversent les populations du Sahel, dont le niveau de gravité et d'urgence, cette année, est le troisième depuis 2005. On estime ainsi à plus de 18 millions le nombre de personnes exposées au risque d'insécurité alimentaire en 2012, plus d'un million d'enfants de la région étant menacés de malnutrition aiguë.

Selon M. Feltman, sur les 1,6 milliard de dollars nécessaires pour répondre à cette crise, seul 54% ont été versés à ce jour. Six millions de personnes ont reçu une aide alimentaire depuis le début de l'année et plus de 520.000 enfants ont bénéficié de traitements, a-t-il dit, affirmant néanmoins qu'un nombre de secteurs essentiels demeurait sous-financés, en particulier ceux de la santé, de l'éducation, de l'eau et de l'assistance aux réfugiés.

Il a souligné que la stratégie intégrée à l'étude fournissait un cadre conceptuel et des priorités stratégiques pour diriger l'engagement de l'ONU au Sahel au niveau régional et établir les bases de consultations et de suivi avec les organisations régionales, les gouvernements et les acteurs clefs dans la région.

L'un des domaines stratégiques importants d'engagement où l'ONU est en mesure d'apporter une valeur ajouté est justement l'établissement d'un forum pour les partenaires régionaux et internationaux afin de discuter de leurs stratégies pour le Sahel, et de les coordonner. A cet égard, M. Feltman s'est félicité de la tenue d'une réunion de haut niveau sur le Sahel le 26 septembre prochain, en marge de la 67ème session de l'Assemblée générale, réunion au cours de laquelle seront exposées les grandes lignes de la stratégie intégrée des Nations Unies.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Sahel: en dépit du renforcement de l'assistance, la crise alimentaire persiste, selon le PAM

En savoir plus





Coup de projecteur