Assemblée générale: l'éducation, vecteur de paix, selon le Secrétaire général

Vue de la salle de l’Assemblée générale. ONU Photo/Eskinder Debebe

14 septembre 2012 – Des responsables des Nations Unies ont déclaré vendredi que l'éducation pouvait éradiquer les conflits en promouvant la compréhension d'une humanité partagée, lors d'un forum organisé par l'Assemblée générale sur la promulgation d'une culture de paix.

« Au travers de l'éducation, nous enseignons les enfants à ne pas haïr. Au travers de l'éducation, nous élevons de futurs dirigeants qui agiront avec sagesse et compassion. Au travers de l'éducation, nous établissons une véritable culture de paix durable », a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon lors de cette réunion qui rassemblait des représentants de la société civile et des diplomates pour discuter de la mise en œuvre du Programme d'action pour une culture de paix.

Adopté en 1999 par l'Assemblée, ce Programme propose des actions visant à promouvoir au travers de l'éducation une culture de paix, ainsi que le développement social et économique durable et harmonieux.

Ce forum a eu lieu à une semaine du débat de haut niveau sur la culture de paix, à l'occasion duquel le Secrétaire général lancera une nouvelle initiative mondiale appelée « L'éducation d'abord » et destinée à donner à chaque enfant la chance de se rendre à l'école. « Nous voulons qu'ils aient des enseignements de qualité. Et nous voulons renforcer leurs valeurs fondamentales », a-t-il précisé.

Le Chef des Nations Unies a ajouté qu'il était évident que l'absence de paix était à l'origine de souffrances partout dans le monde, évoquant non seulement les pertes de vies humaines en Syrie, mais aussi les effets meurtriers de la discrimination, de la xénophobie, du terrorisme et des violations des droits de l'homme.

Il est revenu dans ce contexte sur les « terribles attaques et manifestations » de ces derniers jours en Libye et ailleurs, qui sembleraient avoir été déclenchées par un film « haineux et écœurant », jugeant « honteux » d'exploiter le droit à la libre expression à des fins d'intolérance et d'effusions de sang. Mais le Secrétaire général s'est également élevé contre l'exploitation de la colère qui a accueilli ce film et qui alimente le « cycle de récriminations et de violence insensée ».

« S'attaquer aux racines profondes des conflits suppose de promouvoir une compréhension de notre humanité partagée », a-t-il plaidé devant les États Membres, ajoutant que l'éducation était d'une importance cruciale à cet égard.

Participant lui aussi au même évènement, le Président sortant de l'Assemblée générale, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a souligné qu'il n'était pas suffisant de prévenir la guerre pour garantir la paix, mais qu'il fallait redoubler d'efforts pour promouvoir une culture de paix en s'appuyant sur l'éducation.

« La jeunesse d'aujourd'hui mérite une éducation radicalement différente, une éducation qui ne qui glorifie pas la guerre mais éduque pour la paix », a-t-il jugé. « La cause de la paix doit être comprise non seulement dans le sens passif de l'absence de guerre, mais aussi dans le sens constructif de créer les conditions propices à l'égalité et à la justice sociale », un objectif qui a guidé sa Présidence de l'Assemblée générale, a assuré M. Al-Nasser.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU rend hommage à Nelson Mandela pour son œuvre de paix, de justice et d'égalité