Le Secrétaire général condamne l'attaque perpétrée contre le consulat américain en Libye

Le Secrétaire général Ban Ki-moon lors de sa visite en Libye le 2 novembre 2011. Photo ONU/Iason Foounten

12 septembre 2012 – Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a condamné mercredi « dans les termes les plus fermes » l'attaque meurtrière perpétrée contre le consulat américain en Libye.

« Le Secrétaire général est profondément attristé par l'attentat perpétré hier contre le Consulat des États-Unis de Benghazi, en Libye, qui a causé la mort de quatre diplomates américains, dont l'Ambassadeur Christopher John Stevens, ainsi que celle d'employés libyens du Consulat. […] Le Secrétaire général présente ses condoléances au Gouvernement des États-Unis et aux familles endeuillées libyennes et américaines », indique la déclaration communiquée aujourd'hui par le porte-parole de M. Ban.

L'Organisation des Nations Unies rejette la diffamation de la religion sous toutes ses formes, poursuit le porte-parole. Dans le même temps, rien ne justifie la violence brutale perpétrée hier à Benghazi, précise la déclaration, qui rappelle aux autorités libyennes leurs obligations de protéger les installations et le personnel diplomatiques.

Le Secrétaire général se félicite des déclarations des autorités libyennes assurant qu'elles traduiront les auteurs de cette attaque en justice, ajoute la déclaration.

Aujourd'hui également, les membres du Conseil de sécurité ont condamné «avec la plus grande fermeté » cette attaque, ainsi que celle perpétrée contre l'ambassade des États-Unis au Caire.

Dans une déclaration faite à la presse par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre, Peter Wittig, de l'Allemagne, ils ont réaffirmé que ces actes sont « inqualifiables, quels qu'en soient les motifs, le lieu, l'époque et l'auteur ».

« Les membres du Conseil rappellent que l'inviolabilité des locaux des missions diplomatiques et consulaires est un principe fondamental et que les gouvernements hôtes ont l'obligation, en vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques de 1961 et de la Convention de Vienne sur les relations consulaires de 1963, de prendre toutes les mesures appropriées afin de protéger les locaux des missions diplomatiques et consulaires [...]».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Libye : des experts de l'ONU demandent à Tripoli d'enrayer les destructions de sites soufis

En savoir plus





Coup de projecteur