Le Secrétaire général adjoint Ladsous se rend en RDC en prévision d'un sommet de l'ONU sur la crise dans les Kivu

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous. ONU Photo/Mark Garten

11 septembre 2012 – « Il est certain que la République démocratique du Congo (RDC) a vécu ces derniers mois une situation extraordinairement complexe et douloureuse, marquée par de nombreuses souffrances et des déplacements de populations considérables, sur fonds de violences, de meurtres, de viols et d'insécurité. »

C'est par ces mots que le Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a ouvert la conférence de presse qu'il a donné lundi à Kinshasa, dans le cadre de la mission qu'il effectue actuellement, jusqu'au 15 septembre, dans ce pays d'Afrique centrale, en prévision du sommet que le Secrétaire général Ban Ki-moon présidera à New York le 27 septembre sur les problèmes de la RDC et de la région des Grands Lacs.

Le weekend dernier en effet, M. Ban avait annoncé que cette réunion de haut niveau serait une « plate-forme pour la poursuite du dialogue visant à renforcer les efforts régionaux dans la recherche d'une solution pacifique à la crise dans l'est de la RDC », où le Mouvement du 23 Mars (M23) mène une rébellion armée sanglante depuis plusieurs mois.

Le vide sécuritaire exacerbé par les désertions de l'armée en avril, suivies de la création du M23, ainsi que par le redéploiement de certaines unités de l'armée congolaise (FARDC) pour contenir les exactions de ce dernier, ont laissé le champ libre à d'autres groupes armés, notamment les Raïa Mutomboki et les FDLR, pour agrandir leur zone d'influence, souvent en menant simultanément des attaques brutales contre les civils.

« La Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) a adopté ces derniers mois une procédure robuste à l'appui des FARDC pour essayer de contenir ces débordements de violences » dans les Kivu, a rappelé M. Ladsous, qui a expliqué aux journalistes présents le DOMP examinait le concept d'une Force internationale neutre, proposé par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIGRL).

« C'est un concept qu'il faut développer, qu'il faut préciser en sachant qu'in fine, il appartiendra au Conseil de sécurité de se prononcer évidemment sur la manière d'approuver un tel concept ; de le mettre en œuvre », a-t-il précisé.

Le chef des opérations de maintien de la paix a précisé qu'il s'était entretenu avec de nombreux hauts responsables congolais afin d'identifier les solutions appropriées à la situation dans l'est de la RDC. Mardi, après avoir été reçu par le Président de la RDC, Joseph Kabila, il a donné une seconde conférence de presse à Goma, avant de se rendre à Kigali, puis à Kampala, en Ouganda.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban annonce la tenue d'une réunion de haut niveau sur la situation dans l'est de la RDC

En savoir plus





Coup de projecteur