Ban annonce la tenue d'une réunion de haut niveau sur la situation dans l'est de la RDC

27 juillet 2012: des civils fuient vers Goma les combats qui se poursuivent entre forces gouvernementales congolaises et rebelles du M23, dans le territoire de Rutshuru, situé dans l'est de la RDC. ONU Photo: Sylvain Liechti.

10 septembre 2012 – Le Secrétaire général a l'intention de convoquer, en marge de la 67e session de l'Assemblée générale des Nations Unies fin septembre, une réunion de haut niveau sur la situation dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Cette annonce a été faite samedi par son Représentant spécial pour l'Afrique centrale, Abou Moussa, qui a lu un message de Ban Ki-moon lors du mini-Sommet des chefs d'État et de gouvernement de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIGRL), qui s'est tenu ce weekend à Kampala, en Ouganda.

M. Ban y précise que cette réunion de haut niveau sera une « plate-forme pour la poursuite du dialogue visant à renforcer les efforts régionaux dans la recherche d'une solution pacifique à la crise dans l'est de la RDC », où le Mouvement du 23 Mars (M23) mène une rébellion armée sanglante depuis plusieurs mois.

Dans cette perspective, M. Ban a annoncé que le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, effectuera, du 9 au 15 septembre, une mission préparatoire dans la région.

Le Secrétaire général rappelle que les conditions sécuritaires et humanitaires dans l'est de la RDC sont toujours précaires et propices à déstabiliser la région. Les conséquences humanitaires pour les civils sont « catastrophiques », souligne-t-il, évoquant le déplacement de plus de 226.000 personnes dans le Nord-Kivu et la fuite de plus de 57.000 autres vers le Rwanda et l'Ouganda voisins.

« Même si les opérations militaires du M23 sont moins nombreuses depuis juillet, la situation reste très fragile », prévient M. Ban. Il a à nouveau demandé à ce groupe armé de « cesser immédiatement ses activités déstabilisatrices », condamnant les graves violations des droits humains qu'il a commises, ainsi que d'autres groupes armés, contre des civils.

Profondément préoccupé par les informations persistantes faisant état d'un soutien extérieur au M23, le Secrétaire général insiste dans son message sur le fait que ces crimes ne devraient pas resté impunis.

M. Ban estime enfin que l'option militaire ne sera pas suffisante à contrer la rébellion. Il encourage donc vivement « la poursuite et le renforcement du dialogue de haut niveau, tant au plan bilatéral que régional, en vue de mettre fin au conflit ». L'ONU, rappelle-t-il, reste disposée à accompagner tous ces efforts, en coopération avec l'Union africaine et les partenaires régionaux et internationaux.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RDC : l'ONU alarmée par les tueries dans le territoire de Masisi au Nord-Kivu

En savoir plus





Coup de projecteur