Ban Ki-moon réitère son soutien au nouveau Représentant spécial pour la crise en Syrie

Le Secrétaire général Ban Ki-moon et le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie, Lakhdar Brahimi. Photo ONU/JC McIlwaine

24 août 2012 – Le Secrétaire général Ban Ki-moon a réitéré vendredi son soutien, ainsi que celui de la communauté internationale, au nouveau Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la crise en Syrie, Lakhdar Brahimi, qui prendra ses fonctions le 1er septembre.

« Vous avez le respect et le soutien complets de la communauté internationale », a assuré M. Ban à M. Brahimi, avec lequel il s'est entretenu aujourd'hui à New York. « Il est d'une importance cruciale que le Conseil de sécurité et le système des Nations Unies dans son ensemble vous apportent leur soutien. »

Près de 17.000 personnes, principalement des civils, ont trouvé la mort dans le conflit qui déchire la Syrie depuis le début du soulèvement contre le régime du Président Bachar Al-Assad, il y a environ 17 mois. Au cours du mois écoulé, la violence a connu une escalade dans plusieurs villes et villages, ainsi que dans les deux plus grandes métropoles du pays, Damas et Alep.

Lors de leur entrevue, M. Ban a rappelé à M. Brahimi qu'il avait pour tâche primordiale de ramener la paix et la stabilité en Syrie et de promouvoir les droits de l'homme dans le pays. Il s'est à cet égard félicité des talents et de l'expertise du diplomate algérien.

« Plus le conflit se prolonge, plus il fera de morts et causera de souffrances. C'est pourquoi votre contribution et votre leadership seront très importants », lui a déclaré M. Ban.

Au cours des deux dernières décennies, M. Brahimi a occupé divers postes à responsabilité au sein du système des Nations Unies, notamment celui de Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afghanistan, et de conseiller sur différentes questions. Il a également présidé un panel indépendant sur les opérations de maintien de la paix, dont les conclusions principales, publiées en 2000, forment ce que l'on appelle communément le « rapport Brahimi ».

Au cours de leur échange, M. Brahimi a remercié le Secrétaire général de l'occasion qui lui était donnée de servir le peuple syrien, soulignant qu'il prendrait ses intérêts en considération avant toute chose.

Nommé la semaine dernière, M. Brahimi reprend la position laissée vacante par le départ de Kofi Annan, qui avait annoncé qu'il mettrait un terme à sa mission de bons offices le 31 août. Son mandant était de faire cesser toutes les violences et violations des droits de l'homme en Syrie, ainsi que de promouvoir la recherche d'une solution pacifique au conflit qui sévit dans le pays.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU et la Ligue des États arabes nomment un nouvel envoyé spécial pour la Syrie

En savoir plus





Coup de projecteur