Le HCR renforce son soutien aux Syriens réfugiés dans les pays voisins

Des réfugiés syriens attendent de recevoir des articles de secours du Haut Commissairat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), à Tripoli, dans le nord du Liban. UNHCR/F.Juez

14 août 2012 – Alors que les Syriens continuent de fuir chaque jour leur pays par centaines, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi qu'il était en train de renforcer ses capacités d'enregistrement dans les pays voisins de la Syrie pour permettre aux réfugiés d'avoir accès aux services de base dont bénéficient les personnes enregistrées.

« À Tripoli, dans le nord du Liban, nous avons ouvert lundi un nouveau centre, où nous pourrons enregistrer jusqu'à 700 personnes par jour. Actuellement, près de 20.000 réfugiés sont enregistrés dans cette région du Liban et des milliers d'autres sont en attente de l'être », a déclaré Adrian Edwards, porte-parole du HCR, lors d'une conférence donnée à Genève.

Par l'intermédiaire de ses partenaires locaux, le HCR assure notamment la scolarisation des enfants syriens enregistrés et organise des sessions de rattrapage en vue de les préparer à intégrer les écoles libanaises à la rentrée. Le HCR estime à entre 3.000 et 4.000 le nombre de jeunes Syriens qui seront scolarisés au Liban à compter de septembre.

La plupart des réfugiés syriens résident chez des familles d'accueil libanaises ou dans des appartements qu'ils louent par leurs propres moyens. Selon le HCR, les conditions de vies sont difficiles, en raison du surpeuplement. Ainsi, de plus en plus de familles cherchent à se loger dans des établissements scolaires, ce qui indiquerait que la capacité d'accueil des familles libanaises est parvenue à saturation. Le HCR a par exemple mentionné le cas d'une famille de Tripoli qui, à elle seule, héberge quatre familles de réfugiés syriens.

Parallèlement, en Jordanie, une baisse du nombre de nouveaux arrivants a été constatée depuis quelques jours. Situé dans le désert à 15 kilomètres de la frontière, le camp de Za'atari héberge près de 6.000 personnes dans des conditions précaires. Le HCR et ses partenaires s'efforcent de les améliorer, notamment en y installant l'électricité. Par ailleurs, deux dispensaires, l'un français, l'autre marocain, ont été ouverts sur place, afin d'élargir l'accès des réfugiés aux services médicaux.

Le HCR estime que le nombre officiel de réfugiés syriens enregistrés en Jordanie – 45.998 – est inférieur à celui des réfugiés dans leur ensemble, puisque nombre d'entre eux refusent de s'enregistrer. En Turquie, la population enregistrée est de 59.710 réfugiés.

Les réfugiés de nationalité différente en Syrie sont dans une situation de plus en plus délicate, relève le HCR. Certains ont même été pris à partie et attaqués, notamment des réfugiés somaliens aux alentours de Damas. Le Croissant-rouge arabe syrien tente de prendre en charge ceux qui ont du quitter leur domicile.

Par ailleurs, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordinatrice des secours d'urgence, Valerie Amos, est arrivée à Damas mardi matin pour une mission de trois jours afin d'évaluer la situation sur le terrain et examiner les meilleurs moyens de renforcer l'aide humanitaire en Syrie. Mme Amos rencontrera dans les prochains jours des représentants du gouvernement et des partenaires humanitaires, ainsi que des familles affectés par la crise.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : le HCR observe une hausse continue du nombre de réfugiés dans les pays voisins

En savoir plus





Coup de projecteur