Un expert de l'ONU appelle à garantir la protection des personnes déplacées en Syrie

Le Rapporteur spécial Chaloka Beyani.

9 août 2012 – Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des personnes déplacées, Chaloka Beyani, a signalé jeudi que les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire en Syrie avaient poussé de nombreux Syriens à prendre la fuite, provoquant un vaste déplacement de populations sur fond de conflit.

« L'intensification des combats et l'utilisation des armes lourdes dans des zones densément peuplées sont des sources de préoccupations majeures. De plus en plus de gens sont contraints de quitter leurs foyers devant l'escalade de la violence pour se réfugier chez d'autres familles, dans des écoles et des campements de fortune », a déclaré M. Beyani dans un communiqué de presse.

« Il est absolument nécessaire que toutes les parties prenantes au conflit respectent le droit humanitaire international et les droits de l'homme, en particulier celui à la vie et à l'intégrité physique. Les personnes déplacées doivent être protégées puisque ce sont des civils », a-t-il insisté.

L'expert indépendant de l'ONU a par ailleurs exhorté le gouvernement syrien à ménager aux agences humanitaires un accès sans entraves aux personnes déplacées.

« Le manque d'accès aux services de santé, aux abris, à l'eau potable, aux denrées alimentaires et à d'autres services de base aggrave une situation déjà très difficile pour les déplacés. Je suis très inquiet par leur vulnérabilité croissante, poussés qu'ils sont à s'éloigner de plus en plus de leurs moyens de subsistance et de leur réseaux de soutien », a ajouté M. Beyani.

Le Rapporteur spécial a demandé au gouvernement de travailler avec le Coordonnateur humanitaire de l'ONU en Syrie afin d'établir des zones où les déplacés peuvent avoir accès à l'aide humanitaire et à la protection et a également appelé les groupes armés d'opposition à respecter la neutralité de ces espaces et à permettre le libre accès aux agences humanitaires.

M. Beyani a souligné le besoin d'un soutien financier accru de la part des bailleurs de fonds pour veiller à ce que l'effort humanitaire en Syrie puisse répondre aux besoins des populations en détresse.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Selon la FAO et le PAM, trois millions de Syriens ont besoin d'une assistance immédiate

En savoir plus





Coup de projecteur