Afghanistan: malgré un recul en 2012, le nombre de victimes civiles du conflit reste alarmant

Un démineur du programme d’action contre les mines en Afghanistan. Photo ONU/UNMACA

8 août 2012 – Le nombre de victimes de la violence en Afghanistan au cours du premier semestre 2012 s'élève à 3.099 – 1.145 tués et 1.954 blessés –, soit une baisse de 15% par rapport à la même période en 2011.

Telle est l'une des principales conclusions du rapport sur la protection des civils dans les conflits armés publié mercredi de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) et qui couvre la période allant du 1er janvier au 30 juin 2012.

« Les Nations Unies se félicitent du recul des pertes civiles, mais nous devons garder à l'esprit que des femmes, des enfants et des hommes afghans continuent d'être tués et blessés à un rythme alarmant », a souligné le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général en Afghanistan, Nicholas Haysom, dans un communiqué de presse.

« Les 3.099 victimes documentées dans ce rapport sont des citoyens afghans ordinaires qui luttent pour leur survie dans le contexte d'un conflit armé. J'appelle toutes les parties prenantes à redoubler d'efforts afin de protéger les civils et respecter la vie humaine », a-t-il ajouté.

Les éléments antigouvernementaux sont responsables de 80% des pertes civiles, les forces pro-gouvernementales de 10%. Les derniers 10% n'ont pu être attribués à une partie prenante particulière. Les engins explosifs improvisés continuent de faire le plus grand nombre de victimes, soit 33% pendant la période couverte par le rapport.

« Ces engins sont illégaux puisque qu'ils ne font pas de distinctions entre civils et combattants. Ces armes atroces ont tué ou mutilé un très grand nombre de civils afghans pendant le conflit et j'appelle les talibans à cesser de les utiliser », a enjoint M. Haysom.

Les opérations aériennes sont responsables du plus grand nombre de victimes civiles du côté des forces pro-gouvernementales. Elles ont fait 83 morts et 46 blessés parmi les civils afghans au cours de la période à l'examen. Presque deux tiers étaient des femmes et des enfants.

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a de son côté rappelé l'importance de la reddition de comptes pour les auteurs de violations des droits de l'homme : « L'impunité contribue à encourager les responsables. Les actes de violence doivent faire l'objet d'enquêtes, les auteurs être traduits en justice et les victimes obtenir des réparations. C'est un pas décisif vers le renforcement de la sécurité pour tous les Afghans », a plaidé Mme Pillay.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU plaide pour une protection renforcée des civils en Afghanistan

En savoir plus





Coup de projecteur