Sri Lanka: l'OCHA demande une aide supplémentaire aux bailleurs de fonds

John Ging, Directeur des opérations d’OCHA. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

3 août 2012 – Au terme d'une mission de trois jours au Sri Lanka, le Directeur des opérations du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), John Ging, s'est félicité vendredi des progrès considérables accomplis dans ce pays en vue de réinstaller de très nombreuses personnes déplacées.

« L'ampleur des réalisations du Sri Lanka au cours des trois dernières années est impressionnante. La rapidité des réinstallations et le développement des infrastructures est remarquable, et les résultats visibles », a déclaré M. Ging devant les journalistes dans la capitale Colombo en faisant notamment allusion aux plus de 440.000 personnes déplacés par plus de trois décennies de conflit qui ont été réinstallés.

M. Ging a assuré du soutien continu des Nations Unies au gouvernement du Sri Lanka pour répondre aux besoins humanitaires restants et salué l'engagement des autorités en faveur d'une paix durable et du développement grâce notamment à la Commission de réconciliation et des leçons tirées (LLRC).

Au cours de sa mission dans le pays, M. Ging a rencontré des représentants du gouvernement, dont le Ministre du développement et le Président de la commission présidentielle pour la réinstallation, le développement et la sécurité dans la province du nord.

Le Directeur des opérations s'est également rendu dans la ville de Jaffna dans le nord du pays qui était particulièrement touchée par des mouvements de déplacés. Il y a rencontré des déplacés ainsi que des personnes de retour après 20 ans d'absence.

Les défis à surmonter pour ces personnes sont considérables puisqu'ils retournent dans des maisons inhabitables et des terres envahies par la nature. Partout les gens demandent la même assistance de base, un accès aux sanitaires, à l'eau potable, à l'électricité et des moyens de subsistance.

« En 2012, il est inacceptable que des dizaines de milliers de personnes vivent en l'absence des services de bases les plus essentiels », a souligné M. Ging.

Malgré les besoins urgents, les partenaires humanitaires réduisent leurs activités à cause d'un manque de moyens financiers. À peine 18,4% des fonds requis par le Plan commun d'assistance à la province du nord pour 2012 ont été reçus à ce jour.

« Nous sommes à un moment critique pour le Sri Lanka. La mise en œuvre complète du plan d'assistance est primordiale pour consolider les avancées atteintes au cours des dernières années et pour établir une base pour le développement durable et pour la prospérité économique », a expliqué M. Ging.

« J'appelle tous les bailleurs de fonds, y compris ceux qui se sont déjà montrés généreux par le passé à renforcer leurs contributions humanitaires. Nous avons besoin de leur soutien pour restaurer la dignité et l'espoir de ceux qui ont tant souffert et ont besoin d'aide urgemment pour reconstruire leurs vies », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Sri Lanka : l'ONU dénonce le harcèlement de défenseurs des droits de l'homme

En savoir plus





Coup de projecteur