Pas d'avancée majeure dans la reprise des pourparlers israélo-palestiniens, selon l'ONU

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen Orient Robert Serry au Conseil de sécurité de l’ONU. Photo ONU/JC McIlwaine

25 juillet 2012 – La situation au Moyen-Orient, le mois dernier, a été marquée par la poursuite des efforts visant à la reprise des pourparlers entre Israéliens et Palestiniens sur fond d'événements préoccupants sur le terrain, a déclaré mercredi le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix dans cette région.

Lors d'un débat public au Conseil de sécurité, auquel ont participé une quarantaine de délégations, Robert Serry a déclaré que des « échanges discrets entre les parties étaient en cours en vue d'aboutir à un accord sur un train de mesures susceptibles de créer un environnement favorable à des négociations et de baliser la voie pour des contacts de haut niveau ».

Israéliens et Palestiniens sont dans l'impasse depuis septembre 2010, après qu'Israël a refusé de prolonger le gel de ses colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés.

Au cours des derniers mois, le Président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le Premier Ministre d'Israël, Benjamin Netanyahou, ont tous deux réitéré leur volonté de négocier de nouveau.

L'Autorité palestinienne a les plus grandes difficultés à maintenir sa solvabilité, alors qu'elle était endettée, début 2012, à hauteur de plus de 1,1 milliard de dollars auprès des banques et de 400 millions de dettes auprès du secteur privé. Elle prévoit également un trou d'un milliard de dollars dans son budget 2012, estimé à 3,5 milliards.

En outre, les annonces faites ce mois-ci par Tel-Aviv de poursuivre les activités de peuplement en Cisjordanie ont provoqué des affrontements entre Palestiniens et colons israéliens, ainsi que des attaques palestiniennes contre des Israéliens dans la région et des violences à Gaza.

« La communauté internationale devrait comprendre qu'en l'absence d'un horizon politique pour l'établissement d'un État palestinien vivant côte à côte dans la paix et la sécurité avec Israël, ses propres efforts visant à réaliser cet objectif manqueront de plus en plus de crédibilité », a prévenu M. Serry.

« Les parties doivent maintenant œuvrer à surmonter des obstacles que tout le monde sait difficiles et prendre les mesures nécessaires pour créer un environnement favorable à un engagement sérieux », a-t-il exhorté. « Mais je crains que le temps nous file entre les doigts », a-t-il ajouté.

Le Coordonateur a également évoqué l'intensification des violences en Syrie et l'impact que la situation dans ce pays a sur ses voisins, en particulier au Liban. Des incidents dans différentes parties du pays reflètent les tensions confessionnelles exacerbées par le débordement du conflit, a-t-il noté.

M. Serry a tout particulièrement condamné les incursions répétées de l'armée syrienne au Liban, ainsi que les tirs d'artillerie intermittents auxquels celle-ci procède par-dessus la frontière.

Alors que près de 30.000 réfugiés syriens sont déjà enregistrés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), 18.000 de auraient traversé la frontière au Liban la semaine dernière. La plupart d'entre eux sont toutefois rentrés chez deux depuis.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un expert de l'ONU dénonce la recrudescence des démolitions de maisons palestiniennes

En savoir plus





Coup de projecteur