Somalie : la FAO souligne le besoin de maintenir l'aide malgré la fin de la famine

Un enfant malnutri reçoit des soins à Mogadiscio, en Somalie.

20 juillet 2012 – Il y a exactement un an jour pour jour, les Nations Unies annonçaient que la famine s'était installée en Somalie méridionale. Six mois de crise ont provoqué la mort de milliers de personnes et un vaste programme d'aide humanitaire a été mis en œuvre. Puis, le 2 février 2012, la fin de la crise était officiellement déclarée.

Vendredi, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a affirmé que la Somalie est en phase de redressement, même si la situation reste critique et que la poursuite de l'aide est vitale pour préserver la sécurité alimentaire.

« Grâce à l'élaboration et à la mise en œuvre de projets de réhabilitation, des communautés entières ont pu, en l'espace de quelques mois, se tenir de nouveau sur leurs jambes. Mais le danger persiste: elles pourraient replonger si nous nous désengagions trop tôt », a averti le chef des opérations de la FAO en Somalie, Luca Alinovi.

La menace est d'autant plus grave que les dernières prévisions de la FAO sont alarmantes: les précipitations réduites cette année se traduiront par des récoltes qualifiées d'inférieures à la moyenne dans plusieurs parties du sud, notamment à Bay, principale région productrice de sorgho. Normalement, cette région représente près des deux-tiers de la production nationale de sorgho.

Ceci conduirait à une détérioration de la sécurité alimentaire, couramment qualifiée de très critique dans la plupart des zones méridionales et ce, malgré les efforts humanitaires considérables déployés par la FAO et d'autres acteurs nationaux et internationaux. Près de 3,4 millions de Somaliens continuent de recevoir une assistance financière ou se voient remettre des denrées alimentaires.

La stratégie d'aide de la FAO en Somalie méridionale consiste surtout à aider les agriculteurs et les éleveurs à se doter d'une résilience de long terme face aux sécheresses à répétition et autres calamités qui frappent cette région.

Outre la distribution d'une assistance financière aux personnes les plus vulnérables, la FAO soutient les communautés par la construction et la réhabilitation de meilleures infrastructures. 1.626 kilomètres de canaux ont ainsi été réhabilités, ce qui a permis à 82.231 agriculteurs de bénéficier de l'irrigation au lieu d'être tributaires de l'agriculture pluviale.

Par ailleurs, M. Alinovi a rappelé le « besoin de plus en plus pressant, au plan social, de mettre en place des filets de sécurité pour protéger les plus vulnérables lorsque et si la sécheresse frappe de nouveau ». Et l'expert de la FAO d'ajouter: « La poursuite de l'aide humanitaire est d'une importance primordiale. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Somalie : fin de la période de famine mais la situation demeure désastreuse

En savoir plus





Coup de projecteur