Myanmar : l'ONU se félicite de la signature d'un plan d'action pour démobiliser les enfants militarisés

Radhika Coomaraswamy. Photo ONU/E. Debebe

27 juin 2012 – Les Nations Unies et le gouvernement du Myanmar ont signé un plan d'action pour empêcher le recrutement et l'utilisation d'enfants par les forces armées du Myanmar – plus connu sous le nom des Tatmadaw – et permettre la libération de mineurs enrôlés de force.

« Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) salue la signature de ce plan et se dit prêt à soutenir le Gouvernement dans la mise en œuvre de son dispositif », a déclaré le représentant du Fonds au Myanmar, Ramesh Shrestha.

« La tâche la plus importante est de veiller maintenant à ce que les enfants soient libérés par les Tatmadaw le plus rapidement possible et réintègrent leurs familles et leurs communautés d'appartenance pour y recevoir tout le soutien nécessaire »

Le plan d'action fixe un échéancier pour la libération et la réintégration des enfants associés avec les forces armées gouvernementales, ainsi que pour la prévention du recrutement forcé.

Le plan a été signé dans la capitale du Myanmar, Nay Pyi Taw, par des officiers supérieurs de l'armée agissant au nom du gouvernement du Myanmar et par le Coordonateur résident des Nations Unies pour le Myanmar, Ashok Nigam, et M. Shrestha. Parmi les personnalités présentes à la cérémonie de signature, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy.

« Ce plan ambitieux permettra de régler cette question longtemps en suspens et la communauté internationale est encouragée à l'appuyer », a indiqué Mme Coomaraswamy, pour qui l'accord mettra à l'épreuve le degré d'engagement du Myanmar en faveur des enfants.

La Représentante spéciale a noté que le plan d'action appelait au lancement de programmes additionnels de la part des Nations Unies et du gouvernement en vue d'aider les enfants touchés. Il évoque également la possibilité d'ouvrir un dialogue avec certains des groupes listés dans le rapport annuel du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés.

D'après ce rapport, outre Tatmadaw, les autres parties ayant commis de graves violations contre des enfants seraient l'Armée bouddhiste démocratique karen (DKBA), l'Union nationale karen/Armée de libération nationale karen (KNU/KNLA), l'Armée de l'indépendance kachin, le Parti progressiste national karenni/armée karenni, l'Armée unifiée de l'État wa et l'Armée du Sud de l'État shan.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le HCR se prépare à fournir une réponse humanitaire à la situation au Myanmar

En savoir plus





Coup de projecteur