ONU : les agences spécialisées dans l'alimentation demandent au G20 de s'engager contre la faim

La sécheresse au Sahel rend l’agriculture difficile pour les femmes de Yelimne, au Mali. Photo PAM/Daouda Guirou (photo d’archive)

19 juin 2012 – Dans une déclaration commune rendue publique mardi, les trois agences des Nations Unies spécialisées dans l'alimentation ont demandé mardi aux dirigeants du G20, réunis à Los Cabos, au Mexique, de redoubler d'efforts dans la lutte contre la faim.

« La sécurité alimentaire et nutritionnelle doit être au cœur des préoccupations en matière de développement durable. Tel est le message commun que nous adressons à la Conférence Rio+20, en mettant l'accent sur la petite agriculture », ont déclaré d'une seule voix l'Organisation de l'alimentation et de l'agriculture (FAO), le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

Convaincus de la nécessité de « dépasser la dichotomie entre l'aide humanitaire et l'aide au développement », en particulier à la lumière de la récente crise qui sévit au Sahel, les trois agences ont appelé le G20 à apporter son appui au projet « Capacité africaine de gestion des risques », un dispositif régional de mise en commun de ressources contre les risques de sécheresse placé sous l'égide de l'Union africaine.

LA FAO, le FIDA et le PAM jugent également nécessaire de consentir des efforts pour augmenter la productivité, les services, l'infrastructure et les marchés agricoles surtout aux niveaux local, national et régional. « Dans les pays en développement, l'accent doit être mis sur le renforcement des capacités d'un demi-milliard de petits exploitants, pour permettre à ceux-ci d'investir afin de produire des aliments plus abondants et de meilleure qualité, grâce à des pratiques agricoles durables et à des technologies appropriées. »

Les trois agences se félicitent de l'appui que le G20 continue d'apporter aux Principes relatifs à un investissement agricole responsable, en espérant qu'il continuera d'appuyer l'adoption et l'application des Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers, récemment entérinées par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale.

« La sécurité alimentaire et nutritionnelle passe également par des partenariats ouverts à tous, un principe que nous défendons sans réserve dans nos propres activités », soulignent les agences dans leur communiqué. Dans ce contexte, elles ont salué le fait que, sous la présidence mexicaine, le G20 ait fait d'importants efforts pour multiplier les contacts avec d'autres parties prenantes, au sein de la société civile, du secteur privé ou de gouvernements.


News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO : malgré des stocks alimentaires en hausse, la faim menace au Sahel et au Proche-Orient

En savoir plus





Coup de projecteur