La LRA, un des pires auteurs de crimes contre les enfants, selon un rapport de l'ONU

Des enfants sud-soudanais déplacés par des attaques des rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA). Photo IRIN/Peter Martell

6 juin 2012 – Dans son tout premier rapport au Conseil de sécurité sur la situation des enfants victimes de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), le Secrétaire général Ban Ki-moon souligne que le groupe armé reste l'un des pires auteurs de crimes commis contre les enfants.

Le rapport documente des violations commises contre des enfants et les mesures prises contre la menace que représente la LRA entre juillet 2009 et février 2012. Au cours de cette période, au moins 591 enfants, dont 268 filles, ont été séquestrés et recrutés de force dans les rangs de la LRA, principalement en République démocratique du Congo (RDC), mais également en République Centrafricaine et dans le Soudan du Sud.

« La LRA continue de nuire à l'Afrique centrale en causant d'énormes souffrances aux enfants », a déploré la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Radikha Coomaraswamy, lors d'une conférence de presse au siège donnée mercredi au Siège de l'ONU à New York.

Toutes les filles mentionnées dans le rapport ont été mariées de force à des combattants du groupe armé et celles qui ont réussi à s'échapper avec leurs enfants issus de viols ont été stigmatisées par leurs communautés d'origine.

Le nombre d'enfants tués ou mutilés semblerait avoir diminué depuis 2008, vraisemblablement grâce à la présence des Casques bleus et des forces de sécurité, mais aussi après la fuite de nombreux habitants des zones où opère la LRA.

« Je suis encouragée par l'attention internationale accordée aux agissements de la LRA et par les actions entreprises pour mettre un terme à la violence contre les enfants », s'est félicité Mme Coomaraswamy.

Dans son rapport, le Secrétaire général salue les efforts des forces armées ougandaises et de l'Union africaine pour faire face aux menaces posées par la LRA et offrir une protection aux populations civiles. Cependant, le rapport souligne qu'il ne peut y avoir d'impunité pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, y compris pour des violations graves contre les enfants.

« Je suis opposé à l'adoption de lois qui offrent une amnistie aux dépens de la reddition de comptes pour les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité », souligne M. Ban.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Centrafrique : l’ONU salue la capture d'un chef rebelle de la LRA

Coup de projecteur