Rio+20 : Ban encourage le public à voter pour des solutions de développement durable

Logo de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20).

6 juin 2012 – À deux semaines de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20), le Secrétaire général a lancé mercredi un appel aux citoyens du monde entier pour qu'ils participent à un vote sur les solutions les plus adéquates pour relever les défis sociaux, économiques et environnementaux.

« Vous avez jusqu'au 15 juin pour vous rendre sur le site : vote.riodialogues.org », a expliqué Ban Ki-moon. « Vos voix peuvent faire la différence dans l'édification d'un monde prospère, équitable, stable et durable pour tous », a-t-il assuré dans le message qu'il a adressé à l'occasion du lancement officiel de cette initiative intitulée le « Dialogues de Rio+20. Votez pour l'avenir que nous voulons. »

Les résultats du vote seront présentés à la centaine de chefs d'État et de gouvernements qui prendront part aux tables rondes de haut niveau pendant la conférence. « Les dialogues sont une tentative de jeter une passerelle entre la société civile et les délibérations officielles qui se tiendront dans le cadre de Rio+20 », a précisé le Secrétaire général, rappelant qu'il s'agissait d'une initiative du Brésil soutenue par les Nations Unies.

Il y a quelques mois, des représentants de plus de 150 pays avaient participé à un forum où ont été abordés dix thèmes principaux : la lutte contre la pauvreté, les villes durables et l'innovation, l'énergie durable pour tous, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l'eau, les forêts, les océans, l'économie du développement durable, l'emploi et les crises économique et financière.

Ces consultations entre activistes, militants des droits de l'homme, dirigeants communautaires, membres de la société civile, économistes et urbanistes ont abouti à la formulation d'une centaine de propositions politiques, qui sont soumises à un vote sur la plateforme des Dialogues de Rio+20.

Certaines recommandent de fixer un prix aux émissions de carbone, de mettre en place un réseau mondial de zones marines protégées ou d'inclure les dégâts environnementaux dans le produit national brut (PNB) et d'y adjoindre un indicateur du développement social.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Rio+20 : une experte de l'ONU demande la reconnaissance du droit à l'eau et l'assainissement

Coup de projecteur