OIT : « l'économie mondiale est trop centrée sur la finance, pas assez sur la société »

Le Directeur général de l’OIT, Juan Somavia. Photo ONU/Evan Schneider

6 juin 2012 – Le Directeur général de l'Organisation internationale du Travail (OIT), Juan Somavia, a affirmé mercredi qu'il est possible de modifier les modèles inefficaces de croissance actuellement à l'œuvre dans l'économie mondiale à condition de « redéfinir les priorités et de briser les dogmes du passé ».

« On a trop été dans l'idéologie pour définir les politiques et pas assez du côté de la fibre humaine pour les individus, les familles et les populations dans leur ensemble », a estimé M. Somavia. « Trop pour la finance, pas assez pour le social », a-t-il résumé dans un discours prononcé lors de la session plénière de la Conférence internationale du Travail.

Le crash financier de 2008 était selon M. Somavia « non pas un malheureux accident sur une route sécurisée » mais plutôt un « carambolage » causé par le modèle de mondialisation dont les valeurs ont été forgées dans les années 80, avant de passer à la vitesse supérieure dans les années 90 jusqu'à ce qu'on en « perde le contrôle ».

La perspective de plusieurs années supplémentaires de crise ou de faible reprise permet de faire évoluer les mentalités, a souligné le dirigeant de l'OIT en ajoutant que cette période prolongée d'incertitude pouvait nourrir une créativité potentielle, à condition que les dirigeants de la planète redéfinissent les priorités.

« Même si elle est indispensable, la croissance ne doit plus être le seul paradigme de l'économie mondiale. A compter d'aujourd'hui, la création d'emplois de qualité notamment pour les jeunes, la réduction de la pauvreté et de l'économie informelle, la promotion de la croissance des classes moyennes ainsi que l'accès à l'égalité des chances doivent aussi être retenus comme critères pour mesurer les progrès en matière d'économie », a indiqué M. Somavia.

Le Pacte mondial pour l'emploi de l'OIT peut être un outil utile pour réaliser ces objectifs. Adopté par l'OIT en 2009 en réponse à la crise économique mondiale de 2007-2008, le Pacte offre une palette d'initiatives que les pays peuvent adapter à leur situation et besoins spécifiques. Parmi elles, figurent le maintien des travailleurs dans l'emploi, la pérennisation des entreprises, l'accélération de la création d'emplois et de la reprise de l'emploi, associés à la protection sociale, en particulier pour les plus vulnérables.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'OIT place la relance de l'emploi des jeunes au cœur de sa conférence annuelle

En savoir plus





Coup de projecteur