Quatre millions de jeunes chômeurs supplémentaires depuis 2007, selon l'OIT

Des jeunes rassemblés pour un évènement spécial à l’ONU en juillet 2011. Photo ONU/JC McIlwaine

23 mai 2012 – Le taux mondial du chômage des jeunes pour 2012 reste bloqué à son plus haut niveau de la crise et ne devrait pas redescendre avant 2016 au moins, a affirmé récemment l'Organisation internationale du Travail (OIT) dans son rapport 2012 sur les Tendances mondiales de l'emploi des jeunes.

Selon les estimations de ce rapport, 12,7% des jeunes dans le monde seront au chômage cette année, un taux identique au pic atteint pendant la crise de 2009 et légèrement supérieur à l'année dernière, quand le chômage touchait 12,6% des jeunes.

Ce taux serait même plus élevé si l'on prenait en compte ceux qui, souvent découragés par le manque de perspectives, abandonnent ou repoussent leur recherche d'emploi. Le taux ainsi ajusté situerait le taux de chômage mondial des jeunes à 13,6% pour 2011.

À l'échelle mondiale, il y aura près de 75 millions de chômeurs âgés de 15 à 24 ans en 2012, une augmentation de près de 4 millions depuis 2007.

Les taux de chômage devraient subir une nouvelle pression quand ceux qui prolongent leur séjour dans le système éducatif, faute de débouchés professionnels, arriveront finalement sur le marché du travail.

« La crise du chômage des jeunes peut être vaincue, à condition toutefois que la création d'emplois pour les jeunes devienne une priorité essentielle du processus politique et que les investissements dans le secteur privé s'accélèrent radicalement », a déclaré le Directeur exécutif de l'OIT pour l'Emploi, José Manuel Salazar-Xirinachs.

« Cela comprend des mesures d'incitation comme les allègements fiscaux pour les entreprises qui embauchent des jeunes, des efforts pour réduire le décalage des compétences entre eux, des programmes d'entreprenariat qui intègrent formation qualifiante, tutorat et accès aux capitaux, ainsi que l'amélioration de la protection sociale », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban Ki-moon souligne le potentiel de la jeunesse à être une force pour le progrès