Côte d'Ivoire : Le Conseil de sécurité s'imprègne de la situation post-crise à Guiglo

Le Représentant spécial de l’ONU en Côte d’Ivoire, Bert Koenders.

22 mai 2012 – En visite en Côte d'Ivoire, les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont tenu mardi à Guiglo une séance de travail avec le corps préfectoral, les autorités administratives, politiques, traditionnelles et communautaires de la ville, située dans l'ouest du pays.

L'objectif de cette tournée dans l'Ouest ivoirien, la région qui a payé le plus lourd tribut aux différents conflits qui ont secoué le pays, était pour les membres du Conseil de constater par eux mêmes la situation sur place.

L'un des deux chefs de la délégation, l'Ambassadeur du Togo, Kojo Menan, a indiqué que le Conseil était informé des difficultés rencontrée par la Côte d'Ivoire après la crise et en particulier, celle qu'ont connue les populations de Guiglo : « Nous sommes venus vous écouter et avoir votre point de vue sur ce que vous faites pour la sécurité et le vouloir vivre ensemble », a-t-il estimé.

Le préfet de la région du Cavally, Henri Abel Miezan, s'est félicité de la visite du Conseil de sécurité, qui devrait permettre aux quinze « d'avoir les meilleures informations sur notre quotidien pour prendre de bonnes décisions pour l'avenir de la Côte d'Ivoire. »

Au cours des échanges avec la délégation du Conseil, les représentants des populations, chefs traditionnels et leaders religieux, femmes et représentants société civile, regroupés au sein du Comité de veille pour la sensibilisation et la paix, ont exprimé de nombreuses préoccupations. Ils ont notamment réclamé le désarmement des personnes détenant illégalement des armes et dénoncé les exactions des Dozos (chasseurs traditionnels), les tracasseries des hommes politiques qui empêchent ou découragent le retour du Liberia de certains déplacés ivoiriens et enfin l'exploitation illégale des forêts classées.

La porosité de la frontière qui sépare la Côte d'Ivoire du Libéria et le sous-équipement des forces de sécurité qui ne peuvent pas faire efficacement leur travail, du fait de l'embargo sur les armes, est une source d'inquiétude pour la population locale.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Côte d'Ivoire, Bert Koenders a promis aux populations que l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) fera tout pour les protéger et annoncé dans la foulée l'ouverture prochaine d'un Bureau de la Mission à Guiglo, ce qui devrait permettre à la mission de mieux soutenir les forces de sécurité locale dans l'exercice de leurs fonctions.

La délégation a ensuite suivi au camp du bataillon marocain (MORBATT) de l'ONUCI une présentation du travail des casques bleus sur le terrain avant de s'envoler pour la localité libérienne de Zwedru.


News Tracker: autres dépêches sur la question

En mission en Afrique de l'Ouest, le Conseil de sécurité salue les progrès du Libéria

En savoir plus





Coup de projecteur