Le PAM et le HCR avertissent d'une aggravation de la crise des réfugiés au Sahel

Des mères et des enfants dans la région de Maradai au Niger. Photo: PAM/Phil Behan

22 mai 2012 – Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé mardi une opération régionale d'urgence conjointement avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour répondre aux besoins alimentaires spécifiques de centaines de milliers de personnes qui ont fui le conflit au Mali et franchi les frontières vers les pays voisins.

« Nous travaillons aux côtés du HCR pour venir en aide à des familles contraintes d'abandonner leur maison au Mali et qui ont un besoin urgent de nourriture et d'abris», a déclaré la Directrice exécutive du PAM, Ertharin Cousin. « Les réfugiés maliens ont fui le conflit dans leur propre pays et se retrouvent de l'autre côté de la frontière dans les pays limitrophes qui subissent déjà les conséquences sévères d'une sécheresse régionale ».

À ce jour, le PAM a apporté une assistance alimentaire aux personnes déplacées internes et aux réfugiés au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso et au Niger dans le cadre de son opération régionale d'urgence au Sahel, qui vise à venir en aide à environ 9,6 millions de personnes touchées par la crise. Cette situation résulte de la combinaison de plusieurs facteurs : insécurité, sécheresse, déficits céréaliers et hausse des prix alimentaires.

La nouvelle opération régionale d'urgence du PAM prévoit d'atteindre 300 000 déplacés internes et 255 000 réfugiés cette année et permettra au PAM de donner plus de flexibilité dans sa réponse à une situation complexe et en constante évolution. Le HCR sera le partenaire principal du PAM dans le cadre de cette réponse dont le coût s'élève à 77 millions de dollars.

« Le Sahel représente une combinaison mortelle issue de la sécheresse et des déplacements liés aux conflits. Ce n'est pas uniquement un dramatique problème humanitaire, c'est devenu une menace pour la paix et la sécurité mondiales », a déclaré Antonio Guterres, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. « Le soutien des donateurs est crucial si nous voulons que l'effort humanitaire progresse ».

Le HCR travaille au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie pour venir en aide aux dizaines de milliers de réfugiés qui continuent à venir du Mali, dont de nombreux avec leur bétail. L'aide comprend le forage de puits pour les réfugiés et les communautés d'accueil et l'établissement de sites de réfugiés. Dans les frontières du Mali, le HCR travaille avec ses partenaires pour atteindre les populations déplacées à l'intérieur du pays.

L'afflux de réfugiés en provenance du Mali a exacerbé la grave crise alimentaire qui sévit à grande échelle dans le Sahel, où la faim et la malnutrition menacent de nombreuses vies. Cette situation exerce en effet une pression supplémentaire sur des personnes déjà vulnérables et touchées par l'insécurité alimentaire, et qui pour certaines ont été réduites à manger des plantes sauvages pour survivre.

Prévenir et traiter la malnutrition aiguë parmi les 3,5 millions d'enfants et mères enceintes et allaitantes est au cœur de la réponse du PAM au Sahel. L'insécurité alimentaire au cours de la période de soudure engendre des pics significatifs des niveaux de malnutrition aiguë et de mortalité infantile dans cette région, où les taux de malnutrition sont traditionnellement élevés même en dehors des périodes de crise.

« Le temps ne joue pas en notre faveur», a déclaré Mme Cousin. « Si de nouvelles denrées ou contributions financières ne sont pas reçues immédiatement, l'incapacité de pré-positionner et de distribuer assez de nourriture lors de la période de soudure, de juin à septembre, serait catastrophique pour les personnes les plus vulnérables et qui souffrent d'insécurité alimentaire, en particulier les femmes et les enfants ».

Le plan du PAM d'étendre ses opérations d'urgence pour atteindre 9,6 millions de personnes lors de la période de soudure pourrait être contrarié à moins qu'un financement suffisant puisse être obtenu pour combler le déficit actuel d'environ 360 millions de dollars US.


News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO : le manque de fonds menace des millions de personnes en Afrique

En savoir plus





Coup de projecteur