L'ONU condamne fermement les attaques à la bombe à Damas

Le Président du Conseil de sécurité Agshin Mehdiyev fait une déclaration sur la Syrie. Photo ONU/Paulo Filgueiras

10 mai 2012 – Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon et le Conseil de sécurité de l'ONU ont condamné fermement jeudi les attaques à la bombe qui ont eu lieu à Damas en appelant à la fin de la violence en Syrie.

« Le Secrétaire général a réitéré son appel urgent à toutes les parties prenantes pour qu'elles respectent pleinement leurs obligations de cesser la violence armée sous toutes ses formes, de protéger les civils et de rejeter le recours aux bombes qui tuent sans distinctions, ainsi que toute autre forme de terrorisme », a déclaré le porte-parole de M. Ban dans un communiqué de presse.

Selon la presse, deux fortes explosions ont eu lieu dans la capitale syrienne jeudi matin, tuant des dizaines de personnes et en blessant des centaines d'autres. Les explosions auraient eu lieu à proximité d'un bâtiment des services syriens de renseignement.

La crise, qui a commencé en mars 2011 comme un mouvement de protestations populaires, a fait plus de 9.000 morts, la plupart civiles, et a entraîné le déplacement de dizaines de milliers de personnes.

M. Ban a également appelé toutes les parties prenantes à respecter la résolution 2043 du Conseil de sécurité et le plan en six points de l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue arabe en Syrie, Kofi Annan, qui engage les parties prenantes à une résolution pacifique à la crise.

Le Président du Conseil de sécurité, assuré ce mois par le Représentant de l'Azerbaïdjan Agshin Mehdivev, a appuyé la déclaration du Secrétaire général.

« Les membres du Conseil de sécurité appellent toutes les parties prenantes en Syrie à mettre en œuvre immédiatement l'ensemble des éléments du plan en six points de l'Envoyé spécial conjoint, en conformité avec les résolutions 2042 et 2043, et en particulier à cesser la violence armée sous toutes ses formes », a indiqué M. Mehdivev en ajoutant que le Conseil de sécurité soutient pleinement la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS) et l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue arabe en Syrie, Kofi Annan.

La MISNUS, qui a été créée en avril par le Conseil de sécurité, est composée d'observateurs non-armés déployés pour une période initiale de 90 jours, et mandatée pour suivre la cessation des violences en Syrie et soutenir la mise en œuvre du plan de paix en six points présenté par M. Annan.

Plus tôt jeudi, M. Annan a condamné jeudi des attaques à la bombe à Damas, les qualifiant d'actes « odieux et inacceptables ».

« Ces actes sont odieux et inacceptables et la violence en Syrie doit cesser », a fait savoir le porte-parole de M. Annan dans un communiqué de presse. « Il est attristé par la perte de vies humaines causée par les deux déflagrations et il présente des condoléances aux familles des victimes ».

« Voici encore un exemple de ce qu'endure le peuple syrien et de la souffrance due à la violence. Nous l'avons vu ici à Damas, ainsi que dans d'autres villes et villages à travers le pays. Nous, la communauté internationale sommes ici aux côtés du peuple syrien, et j'appelle tout le monde, à l'intérieur comme à l'extérieur de la Syrie, à aider à mettre fin à la violence », a déclaré le chef de la MISNUS, le général Robert Mood, qui s'est rendu sur le site des explosions.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Annan : La mission de l'ONU doit stabiliser la Syrie pour éviter la guerre civile

En savoir plus






Coup de projecteur