Asie de l'Est : l'UNICEF s'inquiète du déclin de l'allaitement maternel

1 mai 2012 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a fait part mardi de sa préoccupation concernant le déclin de l'allaitement maternel dans la région de l'Asie de l'est, et a souligné le besoin d'assurer que les mères comprennent les bénéfices de cette pratique sur le long terme pour la survie et le développement de leurs enfants.

Selon l'UNICEF, il est scientifiquement démontré que l'allaitement exclusif pendant les six premiers mois de la vie d'un bébé renforce sa croissance et son développement et réduit considérablement les risques de malnutrition chronique. De plus cela réduit les coûts de santé.

Les taux bas de l'allaitement à travers l'Asie de l'Est sont, selon l'UNICEF, liés au développement économique qui fait qu'un nombre croissant de femmes travaillent, ainsi qu'à un marketing « agressif » des producteurs de lait en poudre dans la région.

« Les taux d'allaitement en chute en Asie de l'Est sont alarmants », a déclaré le Conseiller en nutrition de l'UNICEF pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, France Begin, dans un communiqué de presse.

En Thaïlande, seulement 5% des mères allaitent, alors que ce taux est de 10% au Viet Nam. En Chine, 28% des mères allaitent leurs nourrissons.

« Les mères dans la région sont soumises à des pressions de plus en plus fortes, et elles doivent souvent retourner au travail peu de temps après l'accouchement, et elles ne disposent pas souvent d'occasion d'allaiter sur leur lieu de travail », a expliqué Mme Begin.

« En même temps, les producteurs d'alimentation pour bébé visent les économies en Asie de l'Est qui connaissent une forte croissance avec des campagnes publicitaires agressives qui convainquent les mères d'abandonner l'allaitement au profit de leurs produit au détriment de leurs enfants », a-t-elle expliqué.

Afin d'enrayer cette tendance, l'UNICEF a fait appel aux entreprises qui produisent l'alimentation pour nourrissons d'adhérer au Code international pour le marketing des substituts au lait maternel. Ce code n'interdit pas la vente de lait en poudre, mais uniquement les pratiques publicitaires qui conduisent les mères à remplacer le lait maternel par des substituts commerciaux.

« Lorsque les entreprises adhèrent au code de marketing, il devient plus facile pour les mères de faire un choix en connaissance de cause. Aucun lait en poudre ne vaut le lait maternel pour la survie, la croissance et le développement des enfants », a souligné Mme Begin.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU participe à une campagne pour promouvoir l'allaitement maternel

En savoir plus





Coup de projecteur