L'UNESCO demande une enquête sur le meurtre d'un journaliste népalais

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova. Photo: UNESCO/Ania Freindorf

19 avril 2012 – La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a déploré jeudi le meurtre du journaliste népalais Yadav Poudel et demandé que la lumière soit faite sur ce crime.

« Je condamne le meurtre de Yadav Poudel », a déclaré la Directrice générale. « Je me félicite des informations faisant état de progrès dans l'enquête sur cet événement tragique. Il est essentiel que soient mis au jour les mobiles de ce crime afin que les journalistes puissent continuer à exercer leur droit fondamental à la liberté d'expression et puissent mener à bien leur mission d'informer sans craindre les représailles ».

Le corps de Yadav Poudel, 39 ans, a été retrouvé aux premières heures du 4 avril près d'une gare routière à Birtamod. Les médias locaux indiquent que la police a arrêté plusieurs suspects en lien avec ce meurtre.

Les origines de ce tragique événement ont donné lieu à des informations contradictoires, certaines liant sa mort à ses enquêtes sur les activités illégales.La mort de Yadav Poudel porte à six le nombre de journalistes et de professionnels des médias recensés par l'UNESCO sur la page dédiée au Mémorial des journalistes assassinés.

En 2011, l'UNESCO a aidé à la mise en place de la radio communautaire, Radio Nari Aawaj (Radio voix des femmes) qui s'adresse aux femmes vivant dans les zones rurales du district de Jumla. L'Organisation a aussi formé 30 professionnelles afin de leur permettre de gérer le projet. En 2010, l'UNESCO a permis de former 20 journalistes népalais à des compétences avancées dans le domaine des médias grâce à un enseignement à distance reposant sur l'utilisation de logiciels libres.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban Ki-moon salue les progrès du processus de paix au Népal

Coup de projecteur



Aucun résultat
Aucun résultat