ONU : sans environnement naturel sain, il n'y a pas d'avenir pour l'humanité

Le changement climatique entraîne des déplacements croissants en Afrique, où des régions sont ravagés par la sécheresse. Photo UNHCR/B. Bannon

18 avril 2012 – A l'occasion de la célébration de la Journée internationale de Terre nourricière mercredi à l’ONU, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a rappelé l'importance d'assurer l'harmonie entre les humains et la nature grâce à des actions multilatérales et scientifiques.

Un dialogue interactif sur le thème “Harmonie avec la nature” a été organisé mercredi au siège de l'ONU par l'Assemblée générale. Le thème des célébrations cette année est « Découvertes scientifiques relatives aux incidences des activités humaines sur le fonctionnement du système planétaire ».

Dans de nombreux pays et régions du monde, la « Terre nourricière » est l'expression fréquemment utilisée en référence à la planète Terre. Elle traduit l'interdépendance entre les êtres humains, les autres espèces vivantes et la planète. Pour les Boliviens, la Terre nourricière s'appelle Pachamama et pour les Nicaraguayens, il s'agit de Tonantzin.

« Des avancées récentes dans la science du système planétaire confirment que l'humanité fait face à des risques graves, des risques qui ont un impact négatif sur le développement humain et pour notre existence sur la terre », a dit M. Al-Nasser, dans un discours lu par le Vice-président de l'Assemblée générale, Peter Thomson.

Selon le Président de l'Assemblée générale, les changements climatiques, la désertification et la perte de biodiversité représentent un défi pour le développement humain. La croissance économique créée par une consommation et une production non-durable empêchent notre recherche d'harmonie, à l'intérieur et entre les sociétés, ainsi qu'entre l'humanité et l'environnement naturel.

« En tant que race humaine, nous disposons des ressources, du savoir scientifique et du savoir-faire nécessaires pour sauver notre planète », a appelé M. Al-Nasser. « Nos efforts pour atteindre le développement durable doivent être considérés comme un investissement dans l'avenir de l'humanité ».

La proclamation du 22 avril comme Journée internationale de la Terre nourricière est une façon de reconnaître que la Terre et ses écosystèmes sont source de vie et de nourriture pour ses habitants. Cette journée appelle également à une prise de responsabilité collective, comme le réclame la Déclaration de Rio de 1992, pour promouvoir l'idée d'une harmonie avec la nature et d'un juste équilibre entre les nécessités économiques, sociales et environnementales au bénéfice des générations présentes et futures.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Migiro : prendre soin de la Terre favorise le développement

En savoir plus





Plus de vidéo »


Coup de projecteur