Libye : l'ONU inquiète de la recrudescence de la violence dans l'ouest du pays

Le Représentant spécial de l’ONU en Libye, Ian Martin (à gauche). Photo ONU/Iason Foounten

4 avril 2012 – La Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) s'est dite mercredi très préoccupée par la recrudescence de la violence autour des villes de Zouara, Jamil et Regdaline, à l'ouest de la capitale Tripoli, et par les informations faisant état d'un nombre croissant de morts.

« La MANUL salue les efforts des autorités libyennes conjointement avec les dirigeants locaux pour arriver rapidement à un cessez-le-feu et à restaurer l'ordre et le calme », a dit la Mission dans un communiqué de presse.

La MANUL « appelle aussi toutes les parties concernées à cesser immédiatement les hostilités alors que les négociations sont en cours. »

Selon la Mission onusienne, les récents affrontements autour de Zouara, après ceux qui ont eu lieu dans le sud de la Libye, soulignent la nécessité pour les autorités d'accélérer leurs efforts pour bâtir de solides institutions chargées du maintien de l'ordre, notamment en intégrant les combattants révolutionnaires et en collectant les armes lourdes.

« Les Libyens ont sacrifié leur vie pour garantir la liberté de tous les citoyens dans une nouvelle Libye démocratique. J'appelle toutes les parties à se souvenir de ce sacrifice et à résoudre leurs différends sans avoir recours à la force », a dit le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye, Ian Martin.

Selon la presse, les villes de Zouara, Jamil et Regdaline, à une soixantaine de kilomètres de la frontière tunisienne, sont le théâtre depuis lundi d'affrontements meurtriers entre groupes armés ayant fait au moins 18 morts.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Libye : l'ONU appelle à calmer la situation dans la ville de Sebha

En savoir plus





Coup de projecteur