Droits de l'homme : l'ONU salue la volonté du Tchad d'améliorer la situation

Kyung-Wha Kang, alors dans ses fonctions de Haut Commissaire adjointe aux droits de l'homme.

4 avril 2012 – A l'issue d'une visite au Tchad, la Haut commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, Kyung-wha Kang, a déclaré que même si le gouvernement tchadien se trouvait devant une tâche difficile pour améliorer la situation des droits de l'homme dans le pays, il était évident que la volonté politique pour y arriver existait.

Pendant son séjour dans la capitale N'Djamena du 1er au 3 avril, Mme Kang a rencontré le Président Idriss Déby et le Premier ministre Emmanuel Nadingar, ainsi que plusieurs ministres, le Président de l'Assemblée nationale, le Bureau des institutions nationales pour les droits de l'homme, des membres de la société civile et des chefs d'agences de l'ONU.

Parmi les problèmes majeurs des droits de l'homme au Tchad, Mme Kang a noté la crise alimentaire, la violence contre les femmes, l'impunité, l'indépendance de la justice ainsi que la question des évictions forcées.

« C'est un moment crucial pour les droits de l'homme dans le pays. Je suis très préoccupée par la crise alimentaire et j'encourage le gouvernement tchadien à poursuivre l'intégration d'une approche basée sur les droits humains dans les opérations humanitaires et dans les plans de développement à long terme », a déclaré Mme Kang.

La Haut commissaire adjointe a ajouté qu'il était primordial que la communauté internationale continue de financer des programmes d'aide essentiels au Tchad pour apporter un secours immédiat aux millions de personnes qui souffrent d'insécurité alimentaire chronique et de malnutrition aigüe.

« Le manque de capacités, le sous-financement et la question de l'indépendance de la justice reste une source de préoccupation. J'encourage le gouvernement à redoubler d'efforts pour réformer le secteur judiciaire afin de mettre fin à l'impunité », a remarqué Mme Kang.

Mme Kang a énuméré plusieurs démarches importantes entreprises par le gouvernement tchadien pour harmoniser sa législation nationale avec les droits de l'homme internationaux et pour établir un plan national d'action sur les droits humains qui sont en accord avec les recommandations du Conseil des droits de l'homme.

« Les difficultés auxquels fait face le pays depuis de nombreuses années sont considérables mais pas insurmontables. Le gouvernement se trouve devant une tâche difficile pour améliorer la situation des droits de l'homme dans le pays mais ma visite dans le pays m'a convaincue de sa volonté politique d'y arriver. Le bureau du Haut commissariat aux droits de l'homme (HCDH) se tient prêt à les soutenir », a déclaré Mme Kang.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Droits de l'homme : une responsable de l'ONU en visite au Tchad et au Niger

En savoir plus





Coup de projecteur